Histoires de montagne

Les souvenirs et anecdotes qui ont marqué Isabelle Courteville, notre spécialiste de la montagne

Matthias Van Halst

Isabelle Courteville nous raconte les vènements de montagne qui l'ont marquée le plus depuis qu'elle a commencé l'alpinisme.

  • L’anecdote qui l’a marquée : “La première fois que j’étais en Suisse, on est arrivés au refuge La Cabane des Dix. C’est la première fois qu’ils voyaient une noire en montagne. Alors, ils ont sorti leurs caméras et appareils photos et ont commencé à me mitrailler. J’ai bien tout fait pour essayer de me cacher dans le refuge, mais il n’y avait rien à faire...”


  • Son meilleur souvenir : “C’est lorsque j’ai fait l’ascension du Mont Rose. Au sommet, nous étions entourés de montagnes enneigées et de neige fraîche. En dessous de nous, il y avait un tapis de nuages. Cela m’a donné de belles émotions de voir que tout était couvert et qu’il n’y avait que nous qui dépassions.”


  • Sa plus grande frayeur : “J’en ai eues plusieurs, toutes dues au mal de montagne. C’est quelque chose qui arrive à tous les alpinistes. C’est causé par la fatigue et le manque d’oxygène. On se met alors à trembler, on croit qu’on est foutu, on pleure, on est bloqué sur place, on a peur, les muscles ne répondent plus : On ne parvient plus ni à avancer ni à reculer et on est persuadé que le moindre mouvement nous fera casser la figure.”