2008 : Paris, Pékin ou Toronto ?

2008 : Paris, Pékin ou Toronto ?
© EPA

Omnisports

AFP

Publié le

Paris, Toronto et Pékin ont franchi victorieusement l’avant-dernière étape sur la route de l’organisation des jeux Olympiques de 2008, avec une candidature qualifiée «d’excellente» dans le rapport de la commission d’évaluation du Comité international olympique (CIO), rendu public mardi après-midi à Lausanne.

Ce rapport, très attendu, a été communiqué à 14h00 précises juste avant que le Néerlandais Hein Verbruggen et Gilbert Felli, respectivement président et vice-président de la Commission, ne commentent la teneur de ce rapport de 98 pages, rédigé en anglais et en français, et diffusé simultanément sur le site internet du CIO.

La Commission (15 membres) qui a rendu visite aux cinq villes candidates du 24 février au 29 mars et s’est appuyée également sur l’avis d’experts, s’en est tenue à des considérations d’ordre purement technique. Elle a établi une «évaluation globale des risques» pour chaque ville sur la base de 18 thèmes, allant de la sécurité au financement en passant par les transports ou la santé.

Dans ses conclusions, la Commission a considéré «à l’unanimité trois candidatures comme excellentes», celles de Paris, Toronto et Pékin, placées sur la même ligne mais dans cet ordre. Aucun classement n’a été établi contrairement à la pré-sélection (10 villes) qui avait vu Paris obtenir la meilleure note.

A deux mois de l’échéance (13 juillet à Moscou), ces trois villes sont donc sur la même ligne et déclarées «toutes capables d’organiser les JO de 2008».

En revanche, les deux autres villes candidates, Istanbul et Osaka (Japon), n’ont pas apporté les garanties nécessaires au CIO notamment en matière de financement et de planification de projets. Les deux villes ne sont pas pour autant éliminées officiellement mais sont désormais hors course.

M. Verbruggen a expliqué que les cinq villes avaient jusqu’au 25 mai pour répondre aux questions en suspens figurant dans le rapport. «Mais, a-t-il expliqué, le rapport est définitif, notre travail est terminé et maintenant les membres du CIO disposent d’un document précis pour leur vote».

A la fin de chacune de ses appréciations sur les trois villes, la Commission a joué sur les mots. Elle est convaincue que Paris et Toronto «organiserait d’excellents Jeux» et, pour Pékin, elle est également convaincue que la capitale chinoise «pourrait organiser d’excellents Jeux».

Cette différence d’appréciation donnant actuellement un léger avantage à Paris et Toronto, est due au fait que 60% des installations ou sites existent déjà dans la capitale française et dans la cité de l’Ontario au contraire de Pékin, dont l’essentiel des sites n’en est qu’au stade de maquette.

La position de la capitale chinoise, candidate malheureuse face à Sydney pour les Jeux de 2000 (battue de 2 points), semble cependant en position de force. Dans les conclusions de la Commission, figure encore une phrase très importante: «La Commission pense que des Jeux à Pékin laisseraient un héritage unique à la Chine et au sport».

M. Verbruggen a éludé la délicate question des droits de l’homme en Chine -une manifestation de dissidents chinois et de Tibétains s’est déroulée toute la matinée devant le CIO-. «La Commission n’avait pas à juger les aspects politiques mais un dossier technique», a-t-il fait remarquer.

Les responsables de Paris, Toronto et Pékin ont désormais deux mois pour parfaire leur dossier et préparer leur dernier oral de 45 minutes, le 13 juillet à Moscou, devant la commission exécutive du CIO, avant le vote des 123 membres dans le cadre de la 112e Session du CIO, qui auront la charge d’élire la ville qui accueillera les Jeux après Athènes en 2004.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous