Spirou à deux visages

Les Spirou peuvent certainement remercier leur supertandem Mallet-Gomis qui leur a retiré une belle épine du pied, samedi, face à Pepinster. En inscrivant 31 des 45 points carolos après la pause, les deux arrières ont effacé une première mi-temps lors de laquelle les Hennuyers se sont montrés trop laxistes défensivement et stéréotypés face à la zone adverse.

Benoit Peeters
Spirou à deux visages
©BELGA

Les Spirou peuvent certainement remercier leur supertandem Mallet-Gomis qui leur a retiré une belle épine du pied, samedi, face à Pepinster. En inscrivant 31 des 45 points carolos après la pause, les deux arrières ont effacé une première mi-temps lors de laquelle les Hennuyers se sont montrés trop laxistes défensivement et stéréotypés face à la zone adverse.

"Nous n’avons pas été assez créatifs face à la zone. Ensuite, Mallet et Gomis nous ont sauvés via leurs shoots à distance", déclarait Giovanni Bozzi, peu satisfait malgré la victoire. "Nous avons corrigé le tir à la mi-temps, et je tiens néanmoins à souligner l’attitude collective de l’équipe auteur de 26 assists au total. Il faut reconnaître également que Pepinster a livré une bonne prestation en démontrant un potentiel très intéressant."

Les Pepins ont, en effet, joué le coup à fond au Spiroudome. Dominant le rebond à outrance, les hommes d’Ivica Skelin se montraient, en plus, adroits dans leurs tentatives, à l’image de Waters, déroutant en première période, bien aidé aussi par le travail de Freeman et Jackson (22-28, 10e et 41-45, 20e).

La suite, Ivica Skelin la raconte lui-même : "Charleroi, qui possède bien plus de qualités que nous, a décidé d’accélérer en seconde mi-temps. Notre adversaire s’est reposé sur ses qualités intrinsèques. Je n’ai rien à reprocher à mes joueurs qui sont apparus très motivés face à la meilleure équipe du championnat. Dommage que l’approche mentale ne fut pas la même, lors des semaines précédentes, face à des concurrents à notre portée. Je préfère prendre une grosse claque à Charleroi et gagner face aux équipes plus bas dans le classement. Mais c’est l’inverse, mon équipe ne joue bien que face aux leaders sans parvenir à gagner. C’est gênant, car au classement, cela ne nous avance pas."

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...