Basket: plus rien n'arrête Emma Meesseman, la révélation de cet Euro

Denis Esser
p
©BELGA

La Belgique affronte ce samedi l'Espagne en demi-finale de l'Euro. Si notre équipe nationale est à ce stade de la compétition, elle le doit en partie à Emma Meesseman. Son encadrement témoigne.

A 24 ans, Emma Meesseman possède déjà un vécu exceptionnel. Depuis le début du Championnat d’Europe avec les Cats, elle démontre qu’elle fait déjà partie du top européen. La Belge est la meilleure marqueuse du tournoi. Et le succès ne lui monte pas à la tête.

Pierre Cornia, entraîneur adjoint: "Imperméable à la pression"

Forces et faiblesses. L’entraîneur adjoint des Belgian Cats ne s’en cache pas, il adore travailler avec une fille comme Emma Meesseman. "C’est une fille géniale, sans doute la plus ‘coachable’ de toutes comme j’ai déjà eu l’occasion de le souligner." Sur le plan sportif, quelles sont ses particularités, ses forces, ses faiblesses ? "Elle possède un QI basket exceptionnel, elle lit le jeu d’une manière impressionnante. Elle est toujours bien placée et n’a pas besoin de faire de grands gestes ou de cinéma. Elle a de bonnes mains. Elle ne fait jamais rien de compliqué, mais tout ce qu’elle fait, dribble, shoot, elle le fait bien. Avec une technique parfaite et tout en fluidité plutôt qu’en vitesse. Mais Emma Meesseman n’est pas seulement au-dessus du lot par son arsenal offensif. Elle est omniprésente en défense, toujours grâce à son placement. C’est incroyable le nombre de ballons qu’elle touche ou dévie. On n’en parle jamais mais Emma a un déficit auditif même si elle n’est pas sourde (NdlR : elle joue d’ailleurs avec des appareils auditifs) . Comme souvent dans ce cas, le cerveau compense via un autre sens plus développé. Chez elle, c’est la vision périphérique. Enfin, comme malentendante, elle détient aussi cette capacité de s’isoler plus facilement dans sa bulle. Une sorte de surconcentration qui l’aide bien sur un terrain. De cette façon, elle est imperméable à la pression."

Ellen Schouppe, préparatrice mentale: "Elle sait où elle veut aller"

Confiance. La préparatrice mentale de l’équipe nationale a une analyse plutôt intéressante par rapport à sa jeune protégée. "Elle a tout d’abord une énorme confiance en soi - sans arrogance - ainsi qu’une grande sérénité et un positivisme énorme. Elle prend la vie comme elle vient, au jour le jour, sans stress ni complication. Par contre elle a des objectifs très très précis dans la tête. Sans conteste, elle sait où elle veut aller. Je suis assez d’accord avec Pierre (Cornia) sur les probables effets bénéfiques de son petit handicap auditif sur sa vision périphérique. Ce sont des faits établis scientifiquement. Emma a aussi une concentration énorme durant un match, comme si elle avait la faculté de débrancher certains sens, de se couper des influences extérieures. Enfin, elle absorbe tout ce qui se passe autour d’elle d’une manière naturellement positive. Elle projette sur un terrain la même fluidité naturelle que dans la vie."

p
©BELGA

Les préparateurs physiques: "Une morphologie désespérément normale"

"Pour moi, c’est quelqu’un de tout à fait normal sur le plan physique. Par contre, au niveau de l’encadrement médical, Emma est dans les meilleurs clubs et bénéficie d’un suivi parfait. Dans ces conditions-là, on arrive à la travailler et à lui permettre une bonne récupération, ce qui est important, car elle n’aime pas trop les soins", explique le kinésithérapeute des Belgian Cats, Xavier Cambioli.

Pierre-Yves Kaiser approfondit l’idée : "C’est vraiment amusant, car je pense la même chose. Quand on la voit, elle n’a pas une morphologie d’athlète. Emma est tout à fait normale sauf sa grande taille. Elle fait environ 80 kg pour 1,93 m et n’est vraiment pas un monstre musculaire. Par contre, elle a une bonne coordination ainsi qu’une grande dextérité dans ses gestes. Ajoutons qu’elle est rigoureuse et super professionnelle dans la gestion de son corps."

Ann Wauters, coéquipière en équipe nationale: "Devenir un leader plus vocal"

Maturité. "Emma, c’est quelqu’un qui lit très bien le jeu, elle est à la fois très simple, mais très efficace dans tout ce qu’elle fait. Elle ne s’énerve jamais, contrôle très bien ses émotions. Par exemple, elle ne va jamais râler si elle ne touche pas la balle pendant trois ou quatre attaques d’affilée. Elle va toujours trouver la meilleure solution. Elle ne force jamais, mais laisse venir le jeu à elle. Pour la suite, tu vois qu’elle s’amuse, qu’elle a cette passion du jeu. Il faut bien sûr qu’elle la conserve. Elle le sait car je lui ai déjà dit, mais avec la maturité qui vient elle doit aussi devenir plus vocale. Elle doit plus s’imposer tout en restant elle-même. Ce n’est pas vraiment dans son caractère, mais de la sorte, avec plus de maturité, elle pourra prendre une plus grande dimension encore, devenir la vraie patronne d’une équipe."