Dakar 2019: Nasser Al-Attiyah gagne la 1e étape en auto, Juan Barreda en moto, et Nikolaev en camions

Belga

Nasser Al-Attiyah (Toyota) a remporté la première étape du Dakar, lundi, entre Lima et Pisco (331 km, dont 84 de secteur sélectif, essentiellement sablonneux). Le Qatari a dominé le tronçon pour devancer de près de deux minutes l'Espagnol Carlos Sainz (Mini John Cooper Works).

Tom Colsoul, le co-pilote du Polonais Jakub Przygonski (Mini John Cooper Works) a pris la 3e place à deux minutes du vainqueur, quelques secondes devant le Russe Vladimir Vasiliyev (Toyota Hilux), 4e.

Le Français Sébastien Loeb (Peugeot) doit concéder déjà plus de six minutes à Al-Attiyah. Il est 13e (classement officieux). Fabian Lurquin, co-pilote, du Français Mathieu Serradori (Buggy), est 17e à 7 minutes.

Le Serbe Gabor Saghmeister, déjà dix Dakar à son actif, est contraint à l'abandon dès le premier jour. C'est le premier de cette 41e édition.

En moto, l'Espagnol Juan Barreda (Honda), 35 ans, s'est adjugé la première spéciale. C'est sa 23e victoire dans une étape du Dakar. Il a devancé le Chilien Pablo Quintanilla (Husqvarna), 2e à 1:34. et l'Américain Ricky Brabec (Honda), 3e à 2:52.

Le Français Adrien Van Beveren ((Yamaha) assure sa 4e place à un peu moins de trois minutes. L'Autrichien Matthias Walkner (KTM), vainqueur l'an dernier, est 7e à 3:12 de Barreda. Le Français Willy Jobard, pour son 11e Dakar, a connu lui beaucoup de difficultés, en proie à des problèmes électriques.

Dans la catégorie des camions, le Russe Eduard Nikolaev (Kamaz), le vainquuer de l'an dernier, a devancé de 18 secondes l'Iveco de Ton Vangenugten dont notre compatriote Peter Willemsen est le copilote.

Mardi, le Dakar s'élance vers San Juan de Marcona pour une étape de 553 km, dont 342 de spéciale.

Fabian Lurquin s'attendait à une première étape plus difficile

Mathieu Serradori et Fabian Lurquin (Buggy) ont démarré le 41e Dakar à leur rythme. Le duo a choisi un rythme raisonnable et s'est classé dix-huitième de la première étape entre Lima et Pisco (331 km, dont 84 de secteur sélectif).

"Nous avons terminé la première étape comme nous l'avions prévu", a déclaré Fabian Lurquin. "Je pense que nous avons roulé à 75 % de nos possibilités. Un rythme calme et correct pour commencer. Avec notre dix-huitième temps, nous avons également une bonne position de départ mardi. En fait, le parcours a été plus facile que prévu. Le sable et les premières dunes n'étaient pas si difficiles, tout comme la navigation. Nous sommes satisfaits de notre performance. Mardi, un trajet éprouvant de 342 kilomètres nous attend. On va augmenter un peu le rythme et voir ce que cela va donner."