Des lits en carton pour éviter les rapports sexuels entre athlètes olympiques ?

L'organisation des Jeux Olympiques de Tokyo a été chamboulée par le coronavirus, qui a imposé un grand nombre de mesures de distanciation sociale. Pourtant, les lits en carton recyclable n'en font pas partie.

placeholder
© AFP

Durant la totalité des Jeux, près de 11 000 athlètes séjourneront au sein du village olympique de Tokyo. Pensés par les organisateurs pour les accueillir dans les meilleures conditions, les lits des dortoirs présentent une caractéristique surprenante : ils sont fabriqués en carton recyclé.

Selon les organisateurs des Jeux, c'est la première fois que les lits du village olympique seront presque entièrement fabriqués à partir de matériaux renouvelables. Les lits en cartons ont été conçus et fabriqués par la société japonaise Airweave. Et malgré leur apparence fragile, le responsable du village olympique assure que ces lits seraient "plus solides que du bois" et peuvent supporter jusqu'à 200kg.

Des lits "anti-sexe"

Alors, d'où vient la rumeur ? A leur arrivée dans le village olympique, plusieurs sportifs ont publié des photos et vidéos de leur logement. C'est le coureur de fond américain Paul Chemilo qui a émis l'hypothèse que ces lits étaient incapables de supporter plus d'une personne et qu'ils étaient "destinés à éviter l'intimité entre les athlètes". Très rapidement, les lits ont été qualifiés sur les médias sociaux d'"anti-sexe".


Une information rapidement démentie par d'autres athlètes. Dans une vidéo publiée sur Twitter, le gymnaste irlandais Rhys McClenaghan se filme en sautant sur son lit en carton, qualifiant au passage les affirmations du coureur américain de "fake news". Le compte officiel des Jeux a quant à lui profité de la publication pour remercier l'Irlandais d'avoir détruit le mythe. "C'est le gymnaste McClenaghan Rhys de l'équipe d'Irlande qui vous l'a dit : les lits en carton durables sont solides !", écrivent-ils sur le compte officiel.

Alcool interdit mais distribution de préservatifs

Une chose est sûre : que les lits soient solides ou non, les contacts rapprochés entre sportifs restent malgré tout déconseillés. De premiers cas de Covid-19 ont d'ailleurs d'ores et déjà été détectés dans le village olympique. 

Un guide décrivant les mesures de sécurité à adopter a par ailleurs été remis aux athlètes. Celui-ci conseille aux participants aux Jeux olympiques d'"éviter les formes inutiles de contact physique telles que les embrassades, les high-fives et les poignées de main". La vente d'alcool sera interdite sur le site du village olympique. Quant aux préservatifs distribués aux JO depuis 1988, ils seront distribués mais en petite quantité. Les responsables ont également précisé qu'ils étaient destinés à être utilisés par les athlètes uniquement une fois de retour dans leur pays. Le ton est donné.