Le Covid enflamme les JO: "Les contacts d'un cas positif doivent pouvoir s'entraîner"

Les "proches contacts" d'un cas positif au Covid-19, comme l'équipe sud-africaine de football, aux Jeux Olympiques de Tokyo doivent à la fois être mis à l'écart et continuer à pouvoir s'entraîner, a expliqué lundi le Comité international olympique (CIO).

À quatre jours de l'ouverture des Jeux (23 juillet-8 août), le CIO et les organisateurs sont confrontés à un défi inédit: concilier la sécurité sanitaire de ce rendez-vous planétaire, dans un Japon peu vacciné et inquiet des risques de contamination, avec le maintien de son équité sportive. Or, si la mise à l'isolement des participants testés positifs au coronavirus ne suscite aucun débat, à l'image de deux footballeurs sud-africains dimanche et d'un de leurs accompagnants dès samedi au Village olympique, le traitement des "cas contacts" est plus délicat.

Lundi, dans leur bilan quotidien des cas de Covid-19, les organisateurs ont ainsi révélé que "21 personnes" étaient considérées comme des "contacts proches" de ces trois membres de la délégation sud-africaine, soit très probablement leurs coéquipiers.

"L'objectif est de créer les conditions" pour que ces sportifs, à quelques jours de leur entrée en lice, "puissent faire le minimum dont ils ont besoin pour se préparer", a expliqué à la presse Pierre Ducrey, directeur adjoint des Jeux au sein du CIO. Dépistés chaque jour au moyen de tests nasopharyngés, priés de manger dans leur chambre et transportés "par des véhicules dédiés", ils doivent "s'entraîner à part" mais ne sont pas contraints à un isolement complet, selon la même source. Leur sort est affiné par un panel d'experts indépendants, qui tient compte de leur statut vaccinal, surveille leurs tests et décide du moment de réintégrer l'équipe, a poursuivi le responsable de l'instance olympique.

Le CIO et Tokyo-2020 n'ont en revanche aucune prise sur une autre catégorie de participants placés à l'isolement, cette fois par les autorités japonaises: c'est le cas de six athlètes britanniques et deux membres de leur encadrement, testés négatifs mais "contacts" d'un passager de leur avion testé positif, et cloîtrés dimanche dans leurs chambres respectives au camp d'entraînement de leur équipe à Yokohama.

La majorité des Japonais ne croit pas en des Jeux sûrs

La majorité des Japonais ne croit pas que les Jeux olympiques de Tokyo, qui débutent vendredi, seront sûrs, selon un sondage publié lundi par le journal Asahi Shimbun.

D'après les résultats de ce sondage téléphonique mené auprès de 1.500 Japonas, 68 % des sondés pensent qu'il n'est pas possible que les Jeux de Tokyo se déroulent de manière sûre en pleine crise sanitaire. Seuls 21 % des sondés croient en la possibilité de JO sans risque.

A noter que 55 % des sondés sont opposés à la tenue des JO, contre 33 % de personnes favorables.

Reportés d'un an en raison de la pandémie de coronavirus , les Jeux olympiques se dérouleront à huis clos du 23 juillet au 8 août, alors que l'état d'urgence sanitaire était réinstauré le 8 juillet dernier dans la capitale japonaise, et ce jusqu'au 22 août.