Un dérivé du cannabis (CBD) autorisé aux athlètes pour la première fois des JO à Tokyo

Cette substance, le CBD, issue du cannabis est autorisée par l'AMA depuis 2018. Présentation des avantages liés à la pratique sportive.

Julien Lahou
Un dérivé du cannabis (CBD) autorisé aux athlètes pour la première fois des JO à Tokyo
©AP

De plus en plus utilisé dans le milieu du sport et à des fins thérapeutiques, le CBD (cannabidiol) et sa légalisation ont franchi un palier supplémentaire. En Belgique, cette substance est bien légale car sa teneur en THC (une molécule active du cannabis) n'excède pas 0,2 %. Mais pour qu'un sportif, soumis à des contrôles antidopage puisse l'utiliser librement, il faut que l'AMA (l'Agence Mondiale Antidopage) en fasse mention. Depuis que son directeur, Olivier Niggli, s'est exprimé à ce sujet en décembre 2017, le site officiel de l'AMA relève que : "Tous les cannabinoïdes naturels et synthétiques sont interdits, à l'exception du cannabidiol (CBD)".

Un dérivé du cannabis (CBD) autorisé aux athlètes pour la première fois des JO à Tokyo
©AMA

Le CBD étant rentré d'application il y a plus de trois ans, les Jeux olympiques de Tokyo sont, de ce fait, les premiers JO en date à en autoriser l'usage. Avec de plus en plus de magasins qui fleurissent et des athlètes qui vantent ses mérites, on peut en venir à se demander quels sont les avantages que cela peut procurer à un sportif.

Avant d'exposer ses différents bienfaits, il est intéressant de noter qu'à ce jour, son efficacité est relative et que plusieurs résultats de méta-analyses restent mitigés.

Anxyolitique : le CBD aiderait à diminuer le stress et l'anxiété. On le sait, le stress peut tétaniser certains athlètes. La pression de la compétition et la routine des entraînements est un poids à supporter. Savoir gérer son stress va améliorer la motivation, la concentration ou encore la confiance en soi du sportif. Parfois, certaines blessures peuvent également venir de ce seul facteur stress.

Analgésique : le cannabidiol permettrait de diminuer la douleur voire de l'éradiquer. Un atout redoutable pour les sportifs. Ils soumettent leur corps à rude épreuve tout au long de l'année et mordent sur leur chique. En ressentant un peu moins la douleur, ils pourront puiser plus loin dans leurs réserves. L'effet anti-inflammatoire, qui intervient également en tant que réduction de douleur, est aussi mis en avant par l'utilisation de CBD.

Le sommeil : avec son effet sédatif, le CBD améliorerait la qualité du sommeil. Qui dit meilleur dodo, dit meilleure récupération. Et pour un sportif, elle est cruciale. D'un point de vue musculaire, les tissus vont se reconstruire, se régénérer mais également éliminer toxines et déchets dus à la séance. Le système nerveux doit lui aussi se reposer.

Myorelaxant : la substance présente dans le cannabis aurait un effet de décontraction musculaire. Cela peut s'avérer utile en cas de raideur du muscle, qui peut apparaître à cause d'une contraction musculaire, une carence en nutriments... Un muscle qui est raide, est un muscle qui va moins bien bouger et les gestes seront donc limités, avec parfois une douleur.

Néanmoins, l'AMA tient à mettre en garde les athlètes : "Le CBD n'est pas interdit; cependant, les athlètes doivent savoir que certaines huiles et teintures de CBD extraites de plantes de cannabis peuvent également contenir du THC et des autres cannabinoïdes, ce qui pourrait donner un résultat positif aux cannabinoïdes lors d’un test antidopage".

En attendant, les recherches scientifiques sur le CBD n'en sont qu'à leurs débuts. Peut-être que d'ici quelques années, les avantages présentés plus haut deviendront une évidence.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...