Le boxeur français Mourad Aliev, disqualifié par erreur aux JO, n'en revient pas: "C'est injuste, tout le monde a vu que j'ai gagné"

Le boxeur Mourad Aliev, éliminé des JO de Tokyo sur disqualification de l'arbitre chez les + 91 kg dimanche, a dénoncé "un scandale" après que le superviseur du tournoi a reconnu "une erreur d'arbitrage", selon le clan français.

Le boxeur français Mourad Aliev, disqualifié par erreur aux JO, n'en revient pas: "C'est injuste, tout le monde a vu que j'ai gagné"
©AFP

"Ils reconnaissent qu'ils ont fait une erreur mais comme c'est écrit ils ne peuvent pas revenir sur la décision. C'est un scandale", a dénoncé Aliev sur France Télévisions.

"Il n'y a aucun recours", a ajouté John Dovi, le Directeur technique national de la boxe. "Le superviseur atteste d'une erreur d'arbitrage, il dit qu'il n'y a aucune erreur de la part de Mourad mais ils ne peuvent rien faire".

Dès l'annonce de la décision sur le ring, Aliev avait dénoncé une injustice.

"C'est injuste, tout le monde a vu que j'ai gagné", avait hurlé Aliev, encore sur le ring, alors que l'arbitre venait de lui signifier sa disqualification pour un coup de tête porté à son adversaire le Britannique Frazer Clarke.

Incrédule et en colère, Aliev, qui semblait dominer le combat après un premier round donné gagnant trois juges à deux, a ensuite tourné en rond sur le ring, allant voir son adversaire pour lui dire "c'est moi qui ai gagné".

Durant le combat, Clarke a dû se faire soigner par deux fois l'arcade sourcilière gauche et c'est après le deuxième soin que l'arbitre, regroupant les boxeurs, a signifié sa décision.

Après l'officialisation du résultat par le speakeur, le Français a ensuite fait le signe +non+ avec ses doigts devant les caméras.

Assis encore sur le bord du ring quelques minutes après la décision, Aliev et son clan ne semblaient pas y croire.

"Ce n'est pas possible, moi j'ai gagné, tout le monde l'a vu", continuait-il à répéter.

"On a tenté de faire un sit-in", a expliqué John Dovi. "Ça n'a abouti à rien, limite ils devaient appeler la police pour nous déloger, donc on va partir et on rentre chez nous", a-t-il ajouté.

"C'est comme si on avait condamné un innocent en sachant qu'il était innocent", a ajouté Aliev, très déçu. "On parle des valeurs de l'olympisme mais elles ne sont pas respectées, je rendre bredouille alors que c'était le combat pour la médaille", a-t-il déploré.

L'élimination d'Aliev signe la fin des espoirs de médailles pour la France en boxe à Tokyo, puisque plus aucun représentant tricolore n'est en lice.

La boxe, formidable pourvoyeuse de médailles à Rio en 2016 (six médailles, deux titres), repart donc des Jeux de Tokyo sans la moindre récompense.

Sur le même sujet