Nina Derwael accueillie sous les ovations à son retour de Tokyo

La première, et pour l'instant seule, médaillée d'or du Team Belgium a atterri ce matin à l'aéroport de Zaventem. Nina Derwael a retrouvé sa famille, ses amis mais également tous les supporters, venus la féliciter.

Julien Lahou

Ce mercredi matin, l'aéroport de Zaventem avait des allures chauvinistes. Des supporters, drapeaux noir-jaune-rouge à la main, attendent l'arrivée d'une seule personne : Nina Derwael. Tous les regards et objectifs sont braqués vers la porte coulissante qui laissera apparaître d'un instant à l'autre la gymnaste belge. Au moment de franchir cette porte, avec la tenue officielle du Team Belgium, Nina se tourne logiquement vers sa famille et son petit ami. Retrouvailles, moment d'émotions et ensuite, cette médaille d'or qu'elle accroche au cou de son petit frère. Toute la fierté d'une famille qui se lit après un tel exploit.

Après un vol de douze heures et une escale de quatre heures à Francfort, la championne belge n'avait qu'une seule envie, c'était de rentrer : "J'ai bien dormi dans l'avion, je me sens en forme mais j'ai hâte d'être à la maison pour revoir ma famille et mon copain. Je compte bien prendre un peu de vacances, tant physiquement que mentalement". Son petit ami, Siemen Voet, est lui très fier de la performance qu'elle a réalisé et entend bien, comme Nina, passer les prochaines heures près d'elle.

Nina Derwael accueillie sous les ovations à son retour de Tokyo
©BELGA

À distance, l'entourage de Nina n'a pas manqué de déjà la soutenir et la féliciter : "J'ai eu énormément de messages. Avant la compétition mais encore bien plus après. Même s'ils n'étaient pas là avec moi, ils ont fait de leur mieux".

Quelques minutes après être sortie de l'avion, la championne olympique avait encore du mal à réaliser l'histoire qu'elle vient d'écrire à Tokyo : "C'est vraiment incroyable ce qu'il se passe, je n'ai pas de mots. Je pense qu'avec le recul, d'ici quelques jours, je vais commencer à réaliser ce que je viens de faire".

Avant de pouvoir vraiment souffler et se reposer, ce soir l'heure est à la fête. Chez elle, à Saint-Trond, amis, famille et voisins seront présents pour accueillir comme il se doit leur championne à eux.