Lettre ouverte de Pierre-Yves Jeholet à Nafi Thiam: "Tu as été grandiose et divine"

Pierre-Yves Jeholet, Ministre Président du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, adresse une lettre ouverte à Nafi Thiam, qui a apporté une troisième médaille d'or à la Belgique, ce jeudi après-midi.

Lettre ouverte de Pierre-Yves Jeholet à Nafi Thiam: "Tu as été grandiose et divine"
©D.R.

Dans cette lettre, le Ministre Président du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles s'adresse directement à Nafi Thiam pour la féliciter et pour lui dire merci.

La lettre ouverte de Pierre-Yves Jeholet

Chère Nafi,

Tu l’avais dit il y a quelques jours « Je me sens plus forte qu’à Rio ». Même pas peur de la pression. Du statut d’outsider prometteuse au Brésil en 2016, tu es devenue l’hyper favorite de ta discipline, l’athlète que tout le monde allait observer, que tout le monde attendait au tournant.
Tout le pays espérait et y croyait. Tu t’es dépassée comme à ton habitude, tu as vaincu la pression. Tu l’as fait et de quelle manière.

Tu étais déjà une grande championne, restée simple, souriante, accessible et tu répétais que le plaisir de pratiquer ton sport restait le plus important. Quelle leçon d’humilité tu as toujours donnée. Tu voulais profiter de ces Jeux et prendre du plaisir en pratiquant ton sport. “Si vous ne faites pas du sport de haut niveau pour vous-même, vous ne tenez pas le coup” avais tu dit un jour. Des paroles prémonitoires quand on voit l’influence de la pression médiatique et des réseaux sociaux sur certaines championnes lors de ces jeux. Là aussi, tu as encore démontré ton grand cœur et ton empathie, déclarant publiquement et avec beaucoup de compassion, comprendre ce qu’elles pouvaient vivre et ressentir.

Les jeux olympiques de Tokyo t’ont intronisée dans le cercle fermé des plus grands athlètes mondiaux de tous les temps. Double championne olympique de l’épreuve d’athlétisme la plus difficile, l’heptathlon, rien que ça ! Sans même parler de tes titres et de tes performances à Londres, à Berlin et à Doha.
Toutes les félicitations et les commentaires de tes pairs, des spécialistes et de la presse belge et internationale sont à la hauteur de ton exploit et de ton talent ! Tu as été grandiose et divine, Nafi.
Sportive de haut niveau de la Fédération Wallonie Bruxelles, c’est toute la Belgique que tu as rendue encore une fois si fière !
Tu es une icône, un symbole de réussite mais aussi un modèle pour le sport féminin.
Bravo et merci Nafi.

Je voudrais aussi m’adresser à toi en tant que porte drapeau de la délégation belge de ces jeux de Tokyo 2021. Notre pays a vibré ces derniers jours… et ces dernières nuits aux exploits de nos athlètes, médaillés on non. Le sport a le mérite de transcender les frontières, y compris chez nous. Les médailles, elles étaient belges, point ! La brabançonne fait couler des larmes de joie d’Arlon à Ostende en passant par Verviers et Bruxelles.
Wout Van Aert était le plus fort et méritait l’or. Matthias Casse a décroché une belle médaille de bronze. Nina Derwael a été somptueuse aux barres asymétriques et à mis la gymnastique en haut de l’affiche chez nous.

Et que dire des Red Lions !
Ils ont été magiques ! Quel état d’esprit dans cette équipe. Ils voulaient l’or après Rio, ils l’ont eu après un parcours monstrueux. Eux aussi sont entrés dans le cœur et les tripes des Belges, par leurs performances depuis plusieurs années, par leur simplicité et par leur bonne humeur communicative. Bravo et merci messieurs !
Mais indépendamment des médailles, toutes nos sportives et tous nos sportifs ont porté haut les couleurs noires jaunes rouges de notre pays au Japon. Nous mesurons tout le travail, toute la sueur et tous les sacrifices qu’une participation aux Jeux Olympiques impose.
Merci et félicitations à vous tous.

Des épreuves sportives comme les Jeux Olympiques, ce sont des victoires, des médailles, des records, des satisfactions mais aussi des doutes, des blessures, des souffrances, des déceptions, des désillusions. Ce sont aussi beaucoup d’émotions individuelles et collectives.
Comment rester insensible aux sanglots de nos Cats, après leur défaite en quarts de finale face au Japon ?

J’ai aussi une pensée pour mon ami Roger Lespagnard, ton entraîneur et à travers lui, pour tous les entraîneurs de nos sportifs, pour tous les membres de notre staff et du COIB qui travaillent dans la lumière ou souvent dans l’ombre au service de notre délégation.

Une pensée aussi pour les familles et les proches de nos athlètes qui doivent vivre avec les états d’âme légitimes, la tension et les émotions de nos champions, pendant et en dehors des Jeux. Leur rôle est essentiel et déterminant.

Merci aussi aux journalistes belges de la presse écrite et audiovisuelle qui nous ont fait vivre ces Jeux Olympiques de Tokyo, avec une bonne dose de belgitude et de chauvinisme, dont notre pays en ces temps difficiles, a tellement besoin.

Nafi, avec ton statut aujourd’hui, tu pourrais rêver d’un contrat ou d’un transfert en dizaines de millions d’euros, comme c’est le cas dans d’autres disciplines… Mais tu sais qu’il n’en sera rien.
Pour toi, c’est toujours le sport pour le plaisir. Tu continueras à t’entraîner à Namur, à Liège ou à Louvain la Neuve.

Avec comme objectif Paris 2024 ?

Nafi, tu imagines les journalistes français s’extasier devant ta troisième médaille d’or consécutive à l’heptathlon ?

Comme le chantait Pierre Rapsaet «Tous les rêves, tous les rêves sont en nous »


Pierre-Yves Jeholet
Ministre Président du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Sur le même sujet