Polémique autour du geste d'un marathonien français: l'athlète s'explique et partage une "vidéo pour comprendre réellement ce qu'il s'est passé"

Morhad Amdouni, l'athlète de 33 ans, s'est expliqué après son geste polémique.

Polémique autour du geste d'un marathonien français: l'athlète s'explique et partage une "vidéo pour comprendre réellement ce qu'il s'est passé"
©instagram - auvio
Rédaction en ligne

Le marathonien a tenu à s'expliquer. Ou plutôt à s'excuser. Lors de l'épreuve du marathon masculin, Morhad Amdouni a fait vaciller toute une file de bouteilles d'eau avant de s'emparer de la dernière. Rapidement, certains ont vu un geste antisportif afin d'empêcher ses concurrents de pouvoir se désaltérer sous une chaleur étouffante. Dans une vidéo sur Instagram, il est revenu sur la polémique (après deux minutes dans la vidéo) juste après la course.

"Entre les relances et la fatigue, j'ai commencé à perdre de la lucidité et de l'énergie tout en m'accrochant", a-t-il avoué. "Je voudrais m'excuser auprès des athlètes. À un moment, j'essaie de pouvoir tenir une bouteille d'eau mais j'en ai fait tomber. Par principe, j'essaie de pouvoir partager aussi pendant la course, les bouteilles d'eau, tout en respectant chacun et d'aller haut et fier, de pouvoir se battre pour nos couleurs du maillot. Je suis fier d'avoir pu me battre pour les couleurs de l'équipe de France. Mais cela a été très dur. J'ai failli abandonner mais je me suis accroché. Un moment je n'étais plus moi même, mais j'ai continué quel que soit le rythme" confesse-t-il.

Sur Facebook aussi, l'athlète de 33 ans a tenu à donner sa vérité. "Pour mettre un terme à toutes les polémiques stériles qu'engendre la vidéo, je mets cette vidéo pour comprendre réellement ce qu'il s'est passé. Pour garantir une fraîcheur aux bouteilles, celles-ci sont trempées dans l'eau. Ce qui les rend glissantes. Pour autant, il apparait clairement que je tente d'en prendre une dès le début de la rangée mais celles-ci glissent à peine nous les effleurons."

Ce lundi matin, le journal L'Equipe avait notamment expliqué que ce geste était "maladroit". Comme dit l'adage: faute avouée, à moitié pardonnée?