Tokyo, c’est fini. À bientôt, à Paris

Les Jeux olympiques de Tokyo se sont clos dimanche après seize jours d’intenses compétitions, passant le relais à la capitale française.

Belga

Et maintenant, je dois marquer la fin de ce voyage olympique des plus complexes à Tokyo. Je déclare clos les Jeux de la XXXIIe Olympiade", a déclaré Thomas Bach quelques minutes avant l'extinction de la vasque olympique.

Après une décennie de préparation, un an de report, des mois d’incertitudes et deux semaines de compétition, les JO 2020 se sont refermés là où ils avaient commencé, le 23 juillet dernier, au stade olympique de Tokyo.

Avant de les clore, le président du CIO avait cédé le drapeau olympique à Anne Hidalgo, la maire de Paris. La capitale française accueillera les JO 2024 (du 26 juillet au 11 août), dans trois ans déjà…

Vingt-quatre athlètes belges ont participé à la cérémonie de clôture, pour laquelle Grégory Wathelet était porte-drapeau du Team Belgium. Le cavalier belge a enlevé, avec Pieter Devos et Jérôme Guéry, l’avant-dernière médaille belge, la 6e, le bronze du jumping par équipes. La dernière des JO 2020 avait été décrochée par Bashir Abdi, le matin à Sapporo. Le marathonien, après une nouvelle course contre-la-montre, en avion et en taxi cette fois, était à Tokyo pour y recevoir sa médaille de bronze lors de la cérémonie de clôture, devant des compatriotes ravis. Heureux que la Belgique quitte le Japon avec 7 médailles, soit une de plus qu’à Rio en 2016, et une 29e place au tableau des médailles, certes loin de la 1re place occupée pour la troisième fois d’affilée par les États-Unis avec 113 podiums (39 médailles d’or, 41 en argent et 33 en bronze).

Place aux Jeux paralympiques

Tokyo a pris congé des JO, mais pas de l’olympisme. Dès le 24 août, la capitale nipponne accueillera les Jeux paralympiques, qui se tiendront jusqu’au 5 septembre. La Belgique y enverra 32 athlètes (9 femmes et 23 hommes). À Rio, nos sportifs avaient ramené 11 médailles, dont 5 en or.

Vivement dans quinze jours : c’est que l’on s’est habitué à ce que la Brabançonne s’envole dans le ciel tokyoïte…