"J'ai agi de manière extrêmement inappropriée" : une médaille d'or des Jeux olympiques de Tokyo remplacée après avoir été mordue

Un geste qui a suscité une forte polémique au Japon.

"J'ai agi de manière extrêmement inappropriée" : une médaille d'or des Jeux olympiques de Tokyo remplacée après avoir été mordue
©Capture d'écran

C'est une histoire à peine croyable. Miu Goto, championne olympique de softball, va recevoir une nouvelle médaille après que le maire de sa ville natale, qui fêtait la victoire du Japon sur les États-Unis en finale du softball féminin, ait mordillé la sienne.

Les faits ont eu lieu début août. Takashi Kawamura, maire de la ville japonaise de Nagoya, a suscité l'incompréhension des internautes en baissant son masque et en mordant la médaille de la jeune athlète. Très vite, l'image a fait le tour de l'Internet japonais, provoquant de vives réactions. Certains internautes l'ont accusé d'ignorer les restrictions contre le Covid-19 et de "manquer de respect" à la sportive.

D'autres sportifs japonais se sont tournés vers les réseaux sociaux pour commenter la polémique, comme l'escrimeuse japonaise Yuki Ota, médaillée d'argent. "Outre le manque de respect envers les athlètes, il a mordu sa médaille alors que, selon les règles, les athlètes doivent mettre eux-mêmes leurs médailles ou celles de leurs coéquipiers lors des cérémonies de remise des médailles dans le cadre des mesures de prévention des infections. Désolé, je ne peux pas le comprendre", a-t-elle écrit sur Twitter.

Toyota, propriétaire de l'équipe pour laquelle joue Miu Goto, a également condamné le geste, le qualifiant d'inapproprié et d'extrêmement regrettable.

Au total, plus de 7 000 plaintes auraient été déposées auprès des autorités de la ville. Face à cette mobilisation, le maire de 72 ans n'a eu d'autre choix que de présenter des excuses. "J'ai oublié ma position de maire de Nagoya et j'ai agi de manière extrêmement inappropriée", a-t-il déclaré, ajoutant qu'il voulait payer pour une médaille de remplacement.

Les organisateurs de Tokyo 2020 ont indiqué que le remplacement avait été convenu entre le CIO et l'athlète médaillée d'or. C'est finalement le CIO qui couvrira les frais, précise la déclaration.

Sur le compte Twitter des Jeux de Tokyo, un message posté fin juillet rappelait que les médailles "n'étaient pas comestibles". "Elles sont fabriquées à partir de matériaux recyclés venant d'appareils électroniques offerts par le public japonais. Donc, vous n'avez pas à les mordre... mais nous savons que vous le ferez quand même". Un message réitéré le 5 août... illustré par le Red Lion Vincent Vanasch !