Tim Celen offre une 13e médaille à la Belgique: "J'étais déçu à l'arrivée car j'étais venu pour l'or mais, en fin de compte, l'argent reste une belle médaille"

Tim Celen (T2) a offert une 13e médaille à la Belgique aux Jeux Paralympiques de Tokyo jeudi en terminant à la deuxième place de la course en ligne sur route (T1-T2) en paracyclisme.

Tim Celen offre une 13e médaille à la Belgique: "J'étais déçu à l'arrivée car j'étais venu pour l'or mais, en fin de compte, l'argent reste une belle médaille"
©Belga
Belga

"J'étais déçu à l'arrivée car j'étais venu pour l'or mais, en fin de compte, l'argent reste une belle médaille", a réagi Celen après la cérémonie protocolaire. "En tant que champion du monde, j'étais venu pour la médaille mais j'ai rapidement vu dans la montée qu'il y avait des coureurs qui étaient meilleurs que moi. J'ai roulé à mon rythme et je savais que je pouvais revenir dans la descente. J'ai ensuite vu la chute devant et cela m'a donné un boost supplémentaire. Je n'ai pas cessé d'y croire et j'ai roulé à fond jusqu'à la ligne. Je suis très fier de ma médaille."

Celen ressentait encore ses efforts fournis lors du contre-la-montre où il avait décroché la médaille de bronze. "Je savais que je devais en garder sous la pédale en cas de sprint. J'étais aussi un peu nerveux mais quand j'ai su que j'avais 45 secondes d'avance à la 2e place, un poids s'est enlevé de mes épaules. J'ai aussi été surpris par la météo. Je m'étais préparé à rouler dans un climat très chaud et très humide et finalement il a plu comme en Belgique."

Le Campinois peut tirer un bilan positif de ses premiers Jeux Paralympiques avec une médaille d'argent et une médaille de bronze autour du cou. "Je suis aussi champion du monde et leader de la Coupe du monde. C'était une saison fantastique et maintenant je vais commencer à m'entraîner pour les Jeux Paralympiques de Paris dans trois ans. Le parcours sera plus plat et j'irai de nouveau pour la médaille d'or."

Diedrieck Schelfhout 8e de la course sur route "la plus difficile de ma carrière"

Diederick Schelfhout (C3) a clôturé ses Jeux Paralympiques par une 8e place dans la course en ligne sur route (C1-C3) jeudi sur le circuit du Fuji International Speedway à l'issue d'une épreuve difficile physiquement et mentalement difficile. "J'avais en effet appris une mauvaise nouvelle avec le décès d'un proche et j'ai très mal dormi", a confié le Flandrien 35 ans. "Ce fut ma course la plus difficile mentalement. Mais j'y ai puisé de la force aussi pour ne pas décevoir. Et j'ai pu sprinter pour le bronze. Ce n'est pas si mal."

Les conditions pluvieuses n'étaient pas évidentes non plus et Diederick Schelfout a dû cravacher pour résorber un retard concédé en début de course. "Les sensations n'étaient pas mauvaises, mais j'avais un petit soucis avec mes pneus et je dérapais dans la descente. J'ai dû effectuer une manoeuve à cause d'un autre concurrent et j'ai été distancé. Je me suis battu pour revenir. Je ne pensais pas pouvoir encore lutter pour le bronze, mais je suis quand même revenu. Je ne suis pas le plus explosif au sprint. Pour la pluie, j'aime encore bien en fait. J'étais surtout content qu'il ne fasse pas si chaud. C'est dans la descente que c'était le plus difficile. Par moment, ce n'était plus du cyclisme, mais de la natation".

Diederick Schelfout en a terminé avec ses Jeux Paralympiques. Le Flandrien avait fini 12e du contre-la-montre sur route mardi alors que sur la piste au début des Jeux Paralympiques, il s'était classé 5e en poursuite individuelle sur 3km et 7e du kilomètre en contre-la-montre.

"Lors de la poursuite, j'ai eu des problèmes d'estomac, mais le kilomètre en contre-la-montre fut très bon. Certains paramètres de la course ont joué et j'aurais pu aller chercher le bronze. Sur la route, le contre-la-montre a été difficile à cause de la chaleur. Aujourd'hui, j'ai tout donné. Pour pouvoir revenir comme je l'ai fait, je pense que j'étais un des plus forts en course", a analysé Diederick Schelfhout.

En 2008, à l'âge de 22 ans, Diederick Schelfhout a été brûlé sur 85% de son corps à la suite d'un accident de la route. Il est resté dans le coma pendant 10 semaines, a passé plus d'un an à se réadapter et a subi plus de 60 interventions chirurgicales. Il a une diminution de la puissance musculaire de la jambe et du bras gauche, des quadriceps altérés, un genou gauche endommagé et des os manquants à la main.