Le sprinteur Alex Quiñonez, médaillé de bronze du 200 m aux Mondiaux de Doha en 2019, tué par balle

Le sprinteur équatorien Alex Quiñonez, 32 ans, médaillé de bronze du 200 m aux Mondiaux de Doha en 2019, a été tué par balle dans la nuit de vendredi à samedi à Guayaquil, au sud-ouest de l'Équateur, ont annoncé les autorités.

Le sprinteur Alex Quiñonez, médaillé de bronze du 200 m aux Mondiaux de Doha en 2019, tué par balle
©AFP
AFP

"Nous déplorons la perte douloureuse d'Alex Quiñonez, un père, un fils, un grand sprinteur qui a marqué le sport", a réagi sur Twitter le président équatorien Guillermo Lasso: "Qu'il repose en paix. Ceux qui prennent la vie des Équatoriens ne resteront pas impunis. Nous agirons avec force".

Le sprinteur a été retrouvé mort vers minuit heure locale vendredi dans une banlieue de la ville portuaire de Guayaquil, après avoir été tué par balle avec un jeune homme qui était avec lui, selon une source policière.

L'athlète n'avait pas participé au Jeux olympiques de Tokyo, où il aurait pu viser le podium, en raison d'une suspension d'un an prononcée en juillet pour plusieurs "no shows" lors de contrôles antidopage hors compétition.

"Nous avons perdu un grand sportif, une personne qui nous a fait rêver, qui nous a émus", a réagi le ministère des Sports équatorien dans un communiqué diffusé sur Twitter, le qualifiant de "meilleur sprinteur de l'histoire de notre pays".

Le décès d'Alex Quiñonez "nous laisse avec une profonde douleur, mais son héritage en tant que plus grand sprinteur de notre histoire restera pour toujours dans nos coeurs", a aussi commenté le comité olympique équatorien.

L'Équateur est confronté à une vague de violence notamment liée au trafic de drogue qui a poussé le président Guillermo Lasso à prononcer lundi l'état d'exception pour lutter contre l'insécurité.

Le président Lasso a proclamé lundi soir ce régime spécial prévoyant la mobilisation dans les rues des militaires pour lutter contre l'insécurité, ceci pour une durée d'au moins 60 jours.