Qui est Michael Haddad, athlète libanais aux commandes d'un exosquelette de haute technologie ?

Porté par "une volonté de fer" et un exosquelette de haute technologie, Michael Haddad s’apprête à marcher 100 km dans l’Arctique. Objectif : alerter sur l’effet dévastateur du changement climatique.

Qui est Michael Haddad, athlète libanais aux commandes d'un exosquelette de haute technologie ?
©AFP
AFP

Il a perdu 75 % de ses fonctions motrices. Mais porté par "une détermination de fer" et un exosquelette de haute technologie, Michael Haddad s'accroche à son objectif : marcher 100 km dans l'Arctique pour alerter sur l'effet dévastateur du changement climatique.

À 41 ans, cet athlète libanais paraplégique depuis un accident survenu durant son enfance se déplace à l’aide d’un exosquelette qui stabilise sa poitrine et ses jambes pour lui permettre de se balancer vers l’avant avec des béquilles. Son prochain projet : marcher une dizaine de jours dans l’archipel norvégien du Svalbard, à 1 300 km du pôle Nord. Il y déposera un livre du pape dans un bunker abritant la plus grande réserve mondiale de graines et destiné à garantir une sauvegarde des principales espèces cultivées.

"Je suis tombé des milliers de fois. Mais chuter, ce n'est rien : quand on se relève, on est cent fois plus fort", confie ce catholique pratiquant qui a rencontré jeudi au Vatican le pontife argentin, lui-même investi dans la défense de l'environnement.

Soutenu par de nombreuses associations, il entend aussi valoriser la place des personnes en situation de handicap qui "représentent 15 % de la population mondiale", rappelle-t-il.

Dans un environnement inhospitalier où l'obscurité est omniprésente et les ours polaires nombreux, Haddad pourra compter sur le soutien d'une équipe de professionnels. "Il y a toute une logistique derrière moi, nous avons tout étudié de A à Z pendant trois ans", explique-t-il.

Pour atténuer l’effet des températures extrêmes en cette saison, il portera une combinaison spéciale au textile informatisé.

Contactées, les autorités norvégiennes ont confirmé cette visite, prévue en février 2022.

Escalader des montagnes, traverser des déserts, terminer deux marathons : avant ce projet, l'athlète libanais avait déjà signé plusieurs performances médiatisées pour défendre sa cause. Et selon Khalida Bouzar, directrice régionale du service des États arabes à l'Onu, cette nouvelle aventure est "une piqûre de rappel pour tout le monde". "Si Michael peut défier la science et marcher 100 km en 10 jours, alors nous pouvons facilement prendre notre part pour lutter contre le changement climatique."