JO 2022 : la snowboardeuse Loranne Smans, écartée de la sélection belge, parle d’une décision "humiliante"

L’Anversoise de 24 ans, à qui Evy Poppe a été préférée sur base des critères nationaux, se dit "furieuse" et "anéantie".

JO 2022 : la snowboardeuse Loranne Smans, écartée de la sélection belge, parle d’une décision "humiliante"
©BELGA

Ce vendredi après-midi, le COIB communiquera la composition exacte de la sélection belge pour les Jeux olympiques d’hiver à Pékin (4-20 février). Et si l’on en croit l’intéressée, Loranne Smans, pressentie pour représenter le snowboard belge lors de cette compétition, n’en fera pas partie. En dépit d’une place largement assurée dans le top 30 au ranking olympique (13e), permettant à la Belgique de décrocher une place de quota, sa fédération et le comité olympique lui auraient en effet préféré la prometteuse Evy Poppe (36e), 17 ans.

"J'ai été informée samedi par ma fédération de la décision d'envoyer l'autre fille belge sur base des critères nationaux", explique Loranne Smans sur Instagram. "Pour vous donner une petite idée, elle serait qualifiée pour les Jeux olympiques avec deux résultats de Coupe d'Europe où seules deux filles du top 30 olympique étaient en lice. Elle a fini 7e sur 15 et 4e sur 12. Alors que je me suis hissée dans le top 30 olympique avec deux quatrièmes places en Coupe du monde et une 9e place aux championnats du monde en présence de tout le plateau olympique. Injuste ? Irréel ? C'est ce que je pense."

Loranne Smans ajoute que les critères nationaux et les ajustements qui y ont été apportés n'ont "jamais été clairement communiqués aux athlètes".

"Je n'y crois pas, je ne peux pas croire que cela m'arrive parce que cela n'a aucun sens pour moi. J'ai le coeur brisé. Je suis anéantie. Je suis furieuse", poursuit l'Anversoise de 24 ans. "Ne pas vouloir envoyer aux Jeux olympiques la sportive qui s'est qualifiée ET qui a qualifié le pays… C'est humiliant."

Loranna Smans ajoute encore "avoir perdu toute confiance et tout respect vis-à-vis de (sa) fédération". "Ils ont détruit le rêve (et ma santé mentale) que je poursuivais depuis huit ans alors qu'ils devraient être reconnaissants vis-à-vis de moi. (…) Je sais que le sport de haut niveau est dur mais il ne l'est jamais que pour les athlètes concernés. Parce qu'en définitive la fédération sera représentée en Chine grâce à un billet d'avion que moi, je lui ai assuré."

Sur le même sujet