WRC Sardaigne ES4: Triplé Hyundai, Tanak nouveau leader, Evans out, Neuville gagne deux places

Notre compatriote remonte au 6ème rang

WRC Sardaigne ES4: Triplé Hyundai, Tanak nouveau leader, Evans out, Neuville gagne deux places
©Hyundai

Plus de soucis de visibilité pour le deuxième passage dans la spéciale de Terranova où les Hyundai signent leur premier triplé de la saison avec le scratch pour Dani Sordo neuf dixièmes devant Ott tank et 1.8 plus vite que Thierry Neuville.

Le fait le plus marquant est l'abandon avant cette spéciale d'Elfyn Evans qui a dû ranger sa Toyota sur le bord de la route suite à une chute de pression d'eau consécutive à un gros impact dans l'ES3.

Grâce à son meilleur temps, Ott Tanak prend la tête du rallye neuf dixièmes seulement devant Esapekka Lappi. L'Estonien est le quatrième leader différent en quatre spéciales après Neuville, Evans et Lappi.

"Le châssis est OK, mais on a encore des problèmes avec le moteur," se plaint néanmoins le champion 2019. "La visibilité ne pose plus de problème désormais," confirme notre compatriote Neuville qui gagne deux places et remonte au 6ème rang absolu à 17.7 de son équipier. "J'ai changé quelque peu mes réglages. C'est mieux , mais je me suis montré trop prudent dans les portions les plus cassantes. Mon choix de pneus n'était pas idéal non plus. Il aurait mieux fallu chausser trois gommes dures plutôt que de croiser avec les tendres."

Dani Sordo déclare après son premier scratch sur ce rallye: "Il faut attaquer quitte à prendre quelques risques sinon mieux vaut rester à la maison..."

Au général, Thierry Neuville est précédé par les trois Puma de Pierre-Louis Loubet (3e à 9.8), Craig Breen (4e à 13.2 après avoir perdu une dizaine de secondes dans un tout-droit) et Adrien Fourmaux (5e à 13.9) qui retrouve petit à petit la confiance et un rythme décent.

ES3: Lappi (Toyota) signe le meilleur temps et prend les commandes, souci pour Evans

Plus de problème de visibilité dans cette troisième spéciale de Monti di Ala E Budduso où Esapekka Lappi, profitant de sa 9ème position sur la route, signe le meilleur chrono 3.4 devant Craig Green et 5.3 plus vite qu'Ott Tanak. Septième à 12.2 Thierry Neuville reste huitième du classement général en tête duquel on retrouve désormais le jeune Finlandais remplaçant de Seb Ogier. Ott Tanak suit à 1.9, Evans à trois secondes, Breen à 8.4 et Pierre-Louis Loubet rétrograde au 5ème rang à dix secondes après avoir dû enclencher la marche arrière suite à un tout droit avant une épingle.

"J'ai été distrait par un bruit à l'avant gauche sur les cinq derniers km," commentait le nouveau leader Lappi. "Je craignais une crevaison mais apparemment c'est juste la jante qui est endommagée."

L'ancien leader Elfyn Evans a perdu 11.1 secondes dans ce tronçon à l'issue duquel il s'est présenté agité: "Je dois y aller," a juste commenté le Gallois avant de démarrer en mode électrique. Sa Toyota pourrait être affectée par un souci...

Thierry Neuville n'était pas trop heureux non plus au TRC: "C'est frustrant de débuter le rallye ainsi en perdant autant de temps juste à cause du manque de visibilité dans la première de ce matin. Après je dois avouer ici qu'il y avait encore pas mal de balayage et que je ne suis pas très content de mes réglages. On doit encore travailler là-dessus pour le second passage."

ES2: Evans prend la tête, Neuville (9ème) mord la poussière

Disputée à 7h du matin par déjà 25 degrés, la première vraie spéciale de Terranova a été un enfer pour les concurrents partis derrière le leader du championnat Kalle Rovanpera. Aujourd'hui, on ne parle pas trop de phénomène de balayage même s'il joue inévitablement, mais bien de l'absence totale de visibilité décriée par tous les concurrents partis de trois en trois minutes.

"J'ai perdu dix à quinze secondes car je ne vois rien," pestait Thierry Neuville, deuxième sur la route et seulement neuvième du classement de cette spéciale ce qui le fait chuter au 8e rang absolu. "On l'a dit aux organisateurs et à la FIA, mais personne ne nous écoute. Tout cela pour la télé... C'est dangereux."

"Chaque année c'est la même chose ici," renchérissait Elfyn Evans, le pilote s'en sortant le mieux dans ce brouillard de poussière, le Gallois signant le scratch 8 dixièmes devant le surprenant Pierre-Louis Loubet, avant-dernier il est vrai des concurrents WRC à s'élancer. Le pilote Toyota mène désormais le rallye 4.7 devant la Hyundai de Ott Tanak.

Troisième de cette spéciale à 4.1 l'Estonien confirmait: "Je ne vois pas plus loin que le bout de mon capot."

"Tous les 500 ou 600m, je devais relâcher pour voir quelque chose," regrettait pour sa part Craig Breen. "Il est tellement facile de toucher, d'arracher une roue, que vous n'avez pas d'autre choix que de lever quand vous ne voyez rien. Ce n'est pas gai dans ces conditions," commentait Gus Greensmith. "On prend beaucoup de risques car on ne voit absolument rien," rajoutait encore Takamoto Katsuta confirmant le mécontentement général.

Espérons qu'avec le vent se levant, les conditions seront meilleures dans les spéciales suivantes car rouler à fond à l'aveuglette dans les petits chemins relève de la roulette russe.

<<<

WRC: Résultats en live

>>>