Mondiaux d'athlétisme: les deux équipes belges de relais 4x400m se hissent en finale

Les Belgian Cheetahs et les Belgian Tornados, respectivement deuxièmes et premiers de leur série, ont parfaitement manoeuvré.

Mondiaux d'athlétisme: les deux équipes belges de relais 4x400m se hissent en finale
©PHOTO NEWS

Il y aura deux équipes belges de relais 4x400m en finale, ce dimanche (dans la nuit en Belgique), lors de la journée de clôture des championnats du monde d’Eugene, aux Etats-Unis. En séries, les Belgian Cheetahs et les Belgian Tornados se sont, effet, qualifiés tour à tour et sans trembler, en prenant respectivement la deuxième (3.28.02) et la première place (3.01.96) de leur course. Les deux formations ont signé le quatrième chrono de ces séries, mais on sait que cela ne veut pas toujours dire grand-chose dans l’optique des finales. On notera cependant avec intérêt qu’il manquera les Pays-Bas et la Pologne chez les femmes, les Pays-Bas et la République dominicaine (non partante) chez les hommes. Le Botswana, présenté dans un premier temps comme éliminé à l'issue de la course masculine, a finalement été repêché sur décision du juge arbitre.

Mondiaux d'athlétisme: les deux équipes belges de relais 4x400m se hissent en finale
©PHOTO NEWS

L'équie composée de Naomi Van den Broeck (53.65), Imke Vervaet (51.95), Helena Ponette (51.49) et Camille Laus (50.93) fut la première à s'élancer dans la deuxième série et s'est remarquablement sortie du piège que constitue ce premier tour. Van den Broeck a transmis le témoin en sixième position à Vervaet, laquelle a réussi à gagner une place, Ponette conservant cette position au moment de transmettre à Laus. La capitaine d'équipe, prenant rapidement le meilleur sur la concurrente italienne, a alors conclu de belle manière ce travail d'équipe. D'abord en se plaçant intelligemment dans le sillage de la Polonaise, qu'elle allait déborder, puis en remontant aussi l'athlète canadienne. Seule la Jamaïque est allée plus vite (3.24.23). "Ce sont les filles qui m'ont idéalement placée afin que je puisse enfin exploiter mes qualités en fin de course", soulignait Camille Laus. "J'ai retrouvé la façon de courir que j'aime !"

Trois ans après s'être classées cinquièmes à Doha, les Belgian Cheetahs auront à coeur de faire encore mieux à l'heure de prendre le départ de la finale dimanche. "On ne sait pas ce qu'il sera possible de faire mais on garde le podium à l'esprit", indique Imke Vervaet. "C'est pour cela que l'on se bat. En principe trois équipes sont au-dessus du lot mais en relais beaucoup de choses peuvent arriver, on l'a encore vu aujourd'hui. On va se battre l'une pour l'autre, donner le meilleur de nous-même et nous verrons bien où l'on finira. En tout cas, avec cette nouvelle finale, on prouve qu'il y a de la continuité dans le projet, qui fait rêver de plus en plus de filles en Belgique. L'objectif étant bien sûr de monter un jour sur le podium."

Le podium, c’est aussi ce qui anime les Belgian Tornados à chacune de leurs participations à des grands championnats. Nos relayeurs vont disputer à Eugene la 29e finale internationale de leur histoire et rêvent, trois ans après le bronze de Doha, d’ajouter une 15e médaille à leur formidable collection. Ce samedi, Jacques Borlée avait choisi d’aligner Julien Watrin (46.07), Dylan Borlée (44.94), Jonathan Sacoor (45.79) et Kevin Borlée (45.16). Le premier a cédé le témoin à son partenaire en troisième position, Dylan réussissant à gagner une place lors du rabattement avant que le Botswana ne perde le témoin lors de la transmission suivante. Jonathan Sacoor, qui a bénéficié de la confiance de son entraîneur, en a profité pour prendre la tête et ne plus la lâcher. À charge pour Kevin Borlée de terminer le travail, ce qu’il a fait sans problème.

"Dans la dernière ligne droite, je voulais voir sur l'écran en face de moi où étaient les autres mais ils préféraient diffuser le décathlon", ironise le capitaine. "Je me suis retourné, mais je n'aime pas faire ça, je me suis un peu déconcentré. Heureusement, je me suis vite remis dedans. Globalement, je ne me suis pas super bien senti, j'ai essayé de contrôler. Et c'est passé, c'est le principal. Ce dimanche, il faudra faire le boulot et essayer d'en tirer le maximum. Une finale, c'est différent, il faudra être bien placé tactiquement et faire la course devant. On ne peut pas se permettre d'être distancé et on verra alors dans le dernier tour ce qu'il est possible de faire."

La composition des finales :
Hommes : 1. Botswana ; 2. France ; 3. Japon ; 4. République tchèque ; 5. BELGIQUE ; 6. Etats-Unis ; 7. Pologne ; 8. Jamaïque ; 9. Trinité-et-Tobago.
Femmes: 1. Suisse ; 2. Italie ; 3. BELGIQUE ; 4. Jamaïque ; 5. Etats-Unis ; 6. Grande-Bretagne ; 7. Canada ; 8. France.