Kilian Jornet, la star espagnole de l’ultra-trail, a écrit une nouvelle page de sa légende

L’Ultra-Trail du Mont-Blanc est long de 171 km et fort de 10 000 m de dénivelé positif. C’est la reine des courses à pied en montagne.

AFP
Kilian Jornet, la star espagnole de l’ultra-trail, a écrit une nouvelle page de sa légende
©AFP

La star espagnole de l’ultra-trail Kilian Jornet a écrit samedi une nouvelle page de sa légende en remportant le quatrième Ultra-Trail du Mont-Blanc de sa carrière, pulvérisant au passage le précédent temps record en passant sous la barre symbolique des 20 heures.

Cela faisait onze ans que le filiforme Catalan, 34 printemps, n’avait plus gagné la reine des courses à pied en montagne, longue de 171 km et forte de 10 000 mètres de dénivelé positif. Il l’a enlevée en 19 heures 49 minutes, alors que le précédent record, établi par son compatriote Pau Capell en 2019, s’établissait à 20 heures 19 minutes.

C'était une "course incroyable", s'est-il félicité à l'arrivée, évoquant "un jour très spécial".

Il a devancé de 5 minutes le Français Mathieu Blanchard, sur lequel il a réussi à creuser à l’écart dans les 20 derniers kilomètres, mais qui termine lui aussi en moins de 20 heures (19 heures 54 minutes).

Kilian Jornet n’a laissé aucune chance non plus à son rival américain Jim Walmsley, pourtant donné parmi les favoris, mais apparu en difficulté dès le début de matinée samedi.

Jornet avait déjà à son actif deux victoires cette année à Zegama (Espagne) fin mai puis sur la Hardrock 100 (100 miles, environ 160 kilomètres), sur laquelle il avait battu son grand rival français François D’Haene et signé un record absolu sur l’épreuve. Il n’avait en revanche pas réussi à s’imposer lors de la course réputée de Sierre-Zinal (Suisse) à la mi-août, terminant cinquième.

Après ses premières victoires chamoniardes en 2008, 2009 et 2011, suivies d’un abandon en 2018, Jornet réalise ainsi son pari d’égaler le quadruplé record du Français François D’Haene, qui avait décidé cette année de faire l’impasse sur l’UTMB.

La partie n’apparaissait pourtant pas gagnée d’avance pour Jornet puisque sa participation à la course avait été un temps mise en doute cette semaine suite à un test positif au Covid-19. Après deux jours de suspense, elle n’avait été confirmée que vendredi midi, à quelques heures seulement du départ.

"Aujourd'hui, la gestion était un peu particulière. Hier, je ne savais pas si je pourrais prendre le départ. Je savais que mon état de santé était un peu limite, il fallait gérer ça d'abord", a-t-il expliqué après la course.