Victor Wembanyama, le jeune prodige du basket français dont le nom est (déjà) sur les lèvres des recruteurs américains

Le jeune prodige du basket français semble déjà promis à un avenir glorieux dans la prestigieuse NBA.

AFP
Victor Wembanyama, le jeune prodige du basket français dont le nom est (déjà) sur les lèvres des recruteurs américains
©AFP

Les recruteurs américains s'entraînent déjà à prononcer son nom : Victor Wembanyama, tout juste majeur, avance avec certitude vers la planète NBA (ligue américaine de basket). Il est favori pour être le n° 1 de la prochaine draft, sorte de "bourse aux joueurs" arrivant en NBA, prévue en juin prochain. Promis à un avenir glorieux en NBA à partir de la saison 2023-2024, Wembanyama risque vite de voir sa notoriété dépasser le simple cadre des fans de basket de par sa taille, 2,21 m, et son physique, long, mince et étiré.

C'est dans une commune des Yvelines (près de Paris) que le petit Victor commence à manier la balle orange. "On se doutait qu'il allait avoir un corps pour jouer au basket de haut niveau : sa maman fait 1,91 m, le papa fait 2,05 m", explique Emmanuel Saravas, son premier entraîneur (en catégorie "poussins"), montrant une ancienne chaussure de son joueur, taille 53, qu'il portait à 15 ans. Dès ses débuts au Chesnay-Versailles, cet amateur de dessin est surclassé, une habitude qu'il gardera tout au long de sa carrière. "J'ai eu la chance d'être grand dès mon enfance. Dès la primaire, je faisais la taille de mes profs ! J'ai pris de l'avance et au final j'ai eu une croissance normale. La motricité, je n'ai donc pas eu besoin de la travailler", expliquait l'intéressé en octobre 2021. Ce surdoué arrivé à Nanterre à 10 ans, avant d'en intégrer le centre de formation quatre années plus tard, franchit vite les échelons, au point de faire ses débuts en pro, en Coupe d'Europe, à 15 ans.

Malgré une saison 2021-2022 minée par des blessures à répétition, il est sacré champion de France avec l'Asvel, qu'il quitte en juin 2022 pour l'équipe américaine des Metropolitans 92. Préconvoqué pour préparer l'Eurobasket, il doit déclarer forfait sur blessure. C'est la seule ombre - potentielle - au tableau : le physique. Même s'il a énormément progressé sur cet aspect à Nanterre, Wembanyama reste frêle (il approche péniblement les 100 kilos) et devra s'épaissir pour résister, dans un premier temps, aux joutes physiques du championnat Elite avec les Métropolitans. Mais ses anciens coachs ne s'inquiètent pas pour lui, confiants en ses capacités : "Quel gamin de 17 ans a un corps déjà prêt pour jouer contre des adultes ?" demande Emmanuel Saravas.