Hans Niemann, le joueur accusé de triche qui a enflammé le monde des échecs : à 11 ans, "il ne cessait de provoquer verbalement"

L’Américain Hans Niemann, accusé de tricherie, a mis en quelques semaines le monde feutré des échecs en feu.

AFP
Hans Niemann, classé au 40e rang mondial des joueurs d'échecs, accusé de tricherie
Hans Niemann, classé au 40e rang mondial des joueurs d'échecs, accusé de tricherie ©AFP

Il n’a que 19 ans, n’est que 40e joueur mondial mais est désormais l’une des figures les plus connues de son sport : l’Américain Hans Niemann, accusé de tricherie, a mis en quelques semaines le monde feutré des échecs en feu.

L'accusé devient accusateur : coupable de tricherie selon le quintuple champion du monde Magnus Carlsen, le plus populaire des streameurs de la discipline Hikaru Nakamura et par la principale plateforme en ligne des échecs chess.com, Hans Niemann a riposté en portant plainte aux États-Unis. Il réclame "au minimum 100 millions de dollars" de dommages-intérêts aux deux joueurs mais aussi à l'entreprise de Magnus Carlsen, Play Magnus, à la plateforme chess.com et à son dirigeant, Daniel Rensch.

L'Américain n'en est pas à son premier coup d'éclat, à tel point que son compatriote Wesley So, 5e joueur mondial, l'a qualifié d'"adolescent probablement le plus irrespectueux" des échecs au cours d'une interview lors du championnat national américain, où Niemann a fini neuvième. "Il y a d'autres très bons [jeunes] joueurs mais ils sont polis", compare-t-il. À 11 ans, "il avait déjà un caractère unique, un petit enfant qui ne cessait de provoquer verbalement" ses adversaires. "Il avait déjà cette réputation" a affirmé le vulgarisateur d'échecs américain Levy Rozman, qui l'a croisé à cet âge.

À la suite des accusations, Niemann s'est retrouvé marginalisé. La plateforme chess.com l'a banni et a publié un rapport l'accusant d'avoir triché "au moins 100 fois" en ligne. Et le tournoi de Wijk aan Zee (Pays-Bas), l'une des plus prestigieuses compétitions d'échecs, aurait mis fin aux négociations pour l'inviter à la prochaine édition du tournoi en janvier 2023.

La triche est quasiment impossible à démontrer si elle n’est pas prise sur le fait, car un joueur qui, par exemple, utiliserait une intelligence artificielle pourrait choisir consciemment un mauvais coup, ou un coup un peu moins bon, pour déjouer les soupçons. Hans Niemann a reconnu avoir triché sur chess.com, quand il avait entre 12 et 16 ans, mais nie avoir continué. C’est désormais au tour de la justice de jouer et de se prononcer.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...