Demory déjà remercié: "Au niveau de la communication, il y avait trop de problèmes..."

Des bruits de vestiaires avaient circulé cette semaine annonçant la possibilité de ne plus voir le coach Demory à la tête des Belgian Cats.

Christelle Warnotte
2022 FIBA Women Basketball World Cup
©Photo News

L’information restait toutefois floue et, à moins d’un mois de deux matchs importants (le 24 novembre contre la Macédoine du Nord et le 27 contre la Bosnie-Herzégovine) dans le cadre de la campagne de qualification pour l’Euro 2023, le timing paraissait plutôt serré pour se séparer d’un coach.

La fédération belge de basket-ball a donc surpris ce vendredi soir en annonçant la fin de la collaboration entre Valéry Demory et les Belgian Cats. Elle lui reproche un problème au niveau de la communication. "Le coach Demory ne semble pas être le profil idéal pour notre équipe et au niveau de la communication, il y avait trop de problèmes, ce qui nous a conduits à prendre cette décision" , a indiqué Koen Umans, le manager général des Belgian Cats.

Faut-il vraiment s’en étonner quand on sait que le stratège français ne s’exprimait qu’en… français avec un groupe où la plupart des joueuses sont néerlandophones ? Certes, elles sont toutes capables de tenir une conversation dans la langue de Voltaire, mais de là à comprendre en un temps limité les directives données systématiquement en français - et non en anglais comme il est d’usage en basket - lors d’un temps mort, il y a un pas.

Un pas qui a montré ses limites lors de la récente Coupe du monde en Australie où la Belgique avait été éliminée en quarts de finale. Au-delà d’un problème de langage, le coach Demory n’a guère convaincu non plus dans ses choix tactiques. Il avait annoncé être particulièrement attentif à la défense et voulait développer un basket rapide, en phase avec l’identité des Belgian Cats. On a plutôt vu un jeu trop stéréotypé, voire brouillon, et un manque de cohésion sur le terrain. On a évoqué à l’époque la jeunesse du groupe et la blessure d’Emma Meesseman, mais Demory n’a pas montré l’étoffe d’un "leader d’homme" dans la difficulté.

Et déjà au mois d'août, certaines joueuses s'étaient plaintes "en off" du manque de communication du coach avec l'ensemble du groupe : "Il ne parle qu'avec les mêmes" , avait-on pu entendre.

Les résultats australiens ont scellé son sort. Si la fédération a déjà annoncé s’être mise à la recherche d’un remplaçant, il y a de grandes chances pour que dans l’immédiat ce rôle soit confié à Rachid Méziane, l’actuel T2, actif comme T1 à Villeneuve-d’Ascq.