Les Belges ont été performants aux Mondiaux de Padel : "Ni un exploit ni un miracle”

Les Belges ont déposé leur carte de visite aux Mondiaux du Qatar.

Les équipes nationales belges féminines et masculines ont été brillantes lors de la Coupe du monde de padel au Qatar.
Les équipes nationales belges féminines et masculines ont été brillantes lors de la Coupe du monde de padel au Qatar.

La Belgique a achevé les championnats du monde samedi à Dubaï à de très prometteuses quatrièmes places pour les dames et sixièmes pour les messieurs sur un total de seize nations engagées. Lors de la petite finale, les dames se sont inclinées face à l’Italie non sans avoir installé le suspense. An-Sophe Mestach et Helena Wyckaert ont offert le premier point, mais les paires Boeykens-Cuypers et Bernard-E. Wyckaert ont été largement dominées. Cette quatrième place, acquise grâce à un exploit en quarts de finale contre la France, est le meilleur résultat des Belges lors des Mondiaux.

Chez les messieurs, les Belges, battus en quarts de finale par la France, ont ensuite battu le Chili puis se sont inclinés contre le Brésil.

“Je ne parlerais ni de miracle ni d’exploit”, explique le joueur et directeur sportif de l’AFT Padel Clément Geens. "Les femmes avaient pour objectif un top 6 et nous visions un top 8. Nous avons fini un peu plus haut des deux côtés, ce qui rend la performance encore plus agréable. J’ai vu que tous les Belges ont presté à leur meilleur niveau ce qui est le plus important.”

Ils ont un autre métier

Cette semaine ne va pas révolutionner le padel en Belgique, qui est déjà sur de bons rails. "Je ne cherche pas de grandes révolutions, mais je veux que notre travail s’inscrive dans la continuité. Padel Belgium, qui gère les équipes nationales, se structure de mieux en mieux. Les entraînements sont plus pros. Les joueurs se rendent à l’étranger pour grandir. Les efforts de tous sont quotidiens. Il reste beaucoup de boulot, car les autres pays bossent aussi comme des dingues. Ne nous enflammons pas. Nous ne finirons pas toujours 4e et 6e aux Mondiaux.”

La Belgique surfe sur la vague padel depuis le confinement lié au Covid. Les Belges sont entrés dans la cage et n’en sont plus sortis. La base se renforce de plus en plus, mais le padel n’attire pas encore assez les enfants. En haut de la pyramide, les élites ne sont pas encore pros, à l’exception d’Helena Wyckaert et de trois joueurs (Maxime Deloyer, Clément Geens et Jérôme Peeters). Jérémy Gala et Laurent Montoisy sont souvent en Espagne pour progresser. Les autres ont tous un métier. Le padel reste un hobby qu’ils pratiquent à un très bon niveau. Certains gèrent une académie de padel, d’autres donnent des cours de langue ou travaillent dans le monde des finances ou encore comme kiné.

Les prize moneys ne sont pas assez élevés pour faire le pari du padel pro à 100 %. Il faudrait figurer parmi les 30 meilleures paires pour caresser ce rêve.

La semaine au Qatar a permis à Clément Geens de prendre des notes sur les habitudes des Espagnols ou des Argentins. "Tous sont venus avec un staff élargi (kiné, team manager…). Les fédés investissent plus d’argent. J’ai vu comment les Argentins s’échauffent. J’ai discuté avec des Français ou des Italiens pour voir leurs programmations à l’année, leur système de formation… J’ai beaucoup appris. Il faut voir ce qui est applicable en Belgique."

Le padel s’est donné rendez-vous pour les Championnats d’Europe FIP en 2023.

Au Qatar, les titres se sont joués sans surprise lors de finales 100 % espagnoles et argentines. Les Espagnoles ont remporté le titre avant que les Argentins ne les imitent. Ces deux nations se partagent tous les sacres mondiaux depuis 1992.