Route du Rhum: tous les records de traversée pourraient tomber !

Après le report dû aux conditions dantesques, la Route du Rhum prendra son envol ce mercredi à 14 h 15.

Thierry Weber
Comme nombre de skippers, le Belge Jonas Gerckens a aussi le record dans le viseur.

Cette fois, c’est la bonne. Le départ de la 12e Route du Rhum sera donné ce mercredi 9 novembre à 14 h 15 au large de Saint-Malo. Signe que le moment tant attendu est proche et, à l’exception de la classe Ultim restée en mer après l’annonce du report du départ de la course, les Imoca ont ouvert le bal du franchissement des écluses ce mardi. Le reste de la flotte et particulièrement les deux Belges engagés (Gille Buekenhout en Rhum Multi et Jonas Gerckens en Class40) fermeront la marche mercredi matin.

Si les conditions météo se sont quelque peu apaisées dans la Manche, la descente des côtes atlantiques ne sera pas pour autant une partie de plaisir, loin de là… Tout est d’ailleurs réuni pour que les différentes classes profitent de conditions permettant d’avaler les milles, sur une trajectoire proche de l’orthodromie (route directe). Pour tous, si la victoire est le graal ultime, battre le record de l’épreuve offrirait une belle cerise sur le gâteau. À commencer par le record absolu de l’épreuve (NdlR : 7 jours, 14 heures, 21 minutes et 47 secondes) fixé en 2018 par Francis Joyon à bord de son IDEC Sport. Depuis, les progrès réalisés sur les Ultim 32/23 ont été gigantesques. Sur papier, une traversée en moins de six jours est tout à fait envisageable, comme le précise le navigateur Morgan Lagravière qui fait partie de la cellule de routage qui entoure Charles Caudrelier (Ultim Edmond de Rothschild) : "En partant dimanche, l’espoir de battre le record était réduit car les conditions, vraiment très fortes, auraient impacté la gestion du bateau et donc sa vitesse. Il y avait beaucoup d’incertitudes sur les premiers jours de course. Avec le report du départ à mercredi, la situation change clairement. Aujourd’hui, les deux modèles de prévision auxquels nous avons accès sont en phase. On est en dessous du record avec une traversée possible en un peu moins de 6 jours !"

En Imoca, le record détenu par François Gabart depuis 2014 avec un bateau sans foil (12 jours et 4 heures) risque aussi de n’être plus qu’un vieux souvenir. L’avènement de ces fameux foilers a rendu cette classe extrêmement performante, surtout aux allures de reaching (vent de travers) et de portant. Les routages estiment une arrivée en moins de 11 jours avec des alizés bien établis pour le moment et une trajectoire directe prometteuse de record.

Le skipper belge Jonas Gerckens a aussi le record dans le viseur.

Le record est aussi plus que jamais dans la ligne de mire des skippers de la Class40 où l’on retrouve notre Jonas Gerckens national sur son Volvo. Le record détenu par Yoann Richomme depuis 4 ans (un peu plus de 16 jours) a du plomb dans l’aile et risque d’être laminé à Pointe-à-Pitre. Dès la pointe Bretagne, il y a des routes qui permettent d’avoir le champ libre pour établir des choix stratégiques tenant compte de la puissance et la facilité à passer la mer des nouveaux bateaux (les scow). "Les concurrents se regardent en permanence, ils savent très bien si un autre skipper tire plus sur son bateau. On verra où ils sont prêts à mettre le curseur dans l’engagement", conclut Tanguy Leglatin qui suit de nombreux Class40.