Le hockey sur glace sera l'une des attractions de ces Jeux. Normal, toutes les vedettes de la NHL sont attendues cette semaine à Turin pour l'un des rendez-vous les plus attendus de ces Jeux olympiques. Comme il y a quatre ans à Salt Lake City, un accord est intervenu entre les différentes fédérations nationales et la NHL, le championnat pro d'Amérique du Nord. En d'autres mots, tous les plus grands joueurs évolueront sur la glace italienne.

Rarement la compétition a été aussi ouverte. Six équipes sur les douze engagées veulent battre le Canada, champion en titre. Vainqueur de la dernière Coupe du monde et titrée en 98, la République Tchèque sera son adversaire le plus dangereux. Pouvant compter sur le retour en forme de son gardien légendaire, Dominik Hasek, héros de Nagano, l'équipe tchèque n'a quasiment aucun point faible et possède en ses rangs le meilleur joueur du monde, Jaromir Jagr actuellement premier buteur de la NHL. Le Canada, où tout autre résultat qu'une médaille d'or serait un drame national, a lui aussi envoyé l'artillerie lourde. Trois énormes gardiens et un pouvoir offensif inégalable.

Cinq pays comme «outsiders»

Derrière ces deux équipes favorites chez les bookmakers, on retrouve cinq formations. La Suède peut être, en pleine possession de ses moyens, imbattable. Surtout si la star nationale, Peter Forsberg, est finalement déclarée apte au service. Les Etats-Unis, médaille d'argent en 2002, défieront leurs adversaires avec le couteau entre les dents. Emmenés par Chris Chelios, 44 ans, les Américains constituent une menace sur le court terme avec des joueurs vieillissants mais surprenants comme le duo de Dallas Mike Modano et Bill Guerin.

La Finlande et la Slovaquie seront les deux gros outsiders pour le titre. La Finlande dispose de joueurs mêlant expérience et talent pur comme Teemu Selanne mais connaît un problème avec ses deux gardiens vedettes blessés mais peut-être rétablis de justesse. La Slovaquie, habituée à vivre dans l'ombre de la Tchéquie, n'a jamais semblé être aussi forte. Offensivement du moins avec Marian Hossa et Marian Gaborik.

Enfin, comment ne pas évoquer l'éternelle Russie. Un pays qui compte sur les exploits des deux jeunes pour obtenir le titre olympique: Ilya Kovalchuk, 22 ans, et Alexander Ovechkin, 20 ans. Deux attaquants puissants entourés par une formation créatrice de beau jeu.

Début des hostilités ce mercredi avec un certain Russie-Slovaquie, première grosse affiche.

© Les Sports 2006