La Turque Elvan Abeylegesse a redonné des couleurs à la première des six réunions de la Golden League, vendredi à Bergen, en abaissant le record du monde du 5.000m. Les organisateurs norvégiens ont dû pousser un beau soupir de soulagement en suivant l'irrésistible envolée de la petite Turque de 21 ans, sans laquelle ils auraient dû se satisfaire de deux MPM, au disque messieurs et sur 400m dames, et de quelques luttes rafraîchies par une température jouant avec les 10°.

Turque depuis 1999

Elvan Abeylegesse a été bien loin de ses considérations. Partie com- me elle l'avait prévu en solitaire à 1.200m de la ligne, elle a effacé des tablettes la Chinoise Jiang Bo, qui avait couru le 5.000m en 14:28.09 un jour d'octobre 1997 à Shanghai. Née en Ethiopie en 1982, où elle s'appelait alors Hewan Abeye, la jeune femme a réussi un solide chrono de 14:24.68. «J'étais confiante. Mon premier objectif de la saison était un record du monde, maintenant ce sont les Jeux Olympiques», a timidement glissé Abeylegesse au lendemain de sa course record dans un turc maîtrisé. Et l'histoire de cette jeune femme est bien singulière. Venue disputer une compétition en Turquie en 1999, alors qu'elle n'avait que 17 ans, la demoiselle d'Addis-Abeba a été repérée par un club local qui l'a convaincue de rester à Istanbul. La Turquie a rapidement donné un passeport et une nouvelle identité, d'abord Elvan Can avant qu'elle ne change pour son nom actuel, à cette fondeuse prometteuse, issue d'une famille de neuf enfants, dont cinq filles. La même année, elle enchaînait avec une cinquième place aux championnats des moins de 18 ans (3.000m), une médaille d'argent aux Championnats d'Europe juniores (5.000m) et une neuvième place aux Mondiaux de cross juniores. Entraînée par un Bulgare lui aussi devenu turc, Ertan Hatipoglu, Abeylegesse est véritablement apparue sur la scène internationale l'an passé, malgré des podiums mondiaux sur cross-country en 2002 (3e) et en 2003 (2e).

Partageant habituellement sa préparation en altitude entre l'Ethiopie l'hiver et la Turquie l'été, elle a dû se contraindre à rester dans les frimas du climat turc cet hiver après un refus de l'Ethiopie de l'accueillir. Plus que ses chronos -son record sur 5.000m était 14:53.56-, ce sont sa cinquième place aux Mondiaux de Paris et sa victoire sur les meilleures lors de la finale du Grand Prix à Monaco en septembre dernier qui ont attiré l'attention sur ce petit bout de femme (1,59m et 41kg). Celle qui refuse la comparaison avec son homologue et ancien compatriote Kenenisa Bekele, qui écume également cross-country et records du monde - «je suis Elvan», lance-t-elle- se dirige maintenant sur le rendez-vous olympique d'Athènes où elle pourrait même tenter un rare doublé 1.500/5.000m. Malgré le jackpot d'un million de dollars offert, elle a décidé de tirer un trait sur le magot pour se consacrer aux JO. «Je pourrai encore gagner le jackpot l'an prochain, pas les JO», conclut-elle dans un sourire illuminé par une dentition imparfaite.

© Les Sports 2004





   LIENS PUBLICITAIRES
   
   

"Ascenseurs - Nouvelles exigences de sécurité de l'A.R. du 09/03/2003"

Pour faire un peu de sport certaines personnes empruntent l’escalier plutôt que l’ascenseur. C’est bien ! Il n’empêche, nous passons chaque année, plusieurs heures dans les ascenseurs et trouvons normal que les 75.000 appareils du parc belge nous conduisent, en toute sécurité, aux étages voulus.


lalibre.be ne peut être tenue responsable du contenu de ces liens.