Les JO et l'Euro de football sont les deux grands événements sportifs de cette année. Et pour le moment, malgré le coronavirus, ils restent programmés. Mais ils pourraient être menacés, et ce ne sont pas les seuls.

Ces derniers jours, la menace du coronavirus est de plus en plus présente et continue à gagner du terrain, notamment en Europe. De quoi susciter quelques réunions de crise chez les principaux organisateurs d'événements sportifs. Le principal, cette année, sera évidemment les Jeux olympiques de Tokyo, dont les organisateurs ont d'ailleurs communiqué publiquement ce mercredi. "Notre principe de base est de mener les Jeux olympiques et paralympiques comme prévu. C'est notre postulat", a lancé le patron des JO, Toshiro Muto.


Pourtant, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a demandé d'annuler, reporter ou réduire l'ampleur des rassemblements pendant les deux semaines à venir afin d'empêcher la propagation du virus. Pas de quoi perturber ne serait-ce que le relais de la flamme olympique, qui doit commencer le 26 mars à Fukushima et traverser tout le pays. Des ajustements sont envisagés mais pas l'annulation de cette tradition. Du moins, pas pour l'instant.

La ministre des Jeux olympiques Seiko Hashimoto, elle, s'était montrée plus prudente ce mercredi matin, en précisant qu'il est "important de se préparer en imaginant le pire scénario".


L'UEFA prend cas par cas

Côté football, l'Euro 2020 est dans toutes les têtes alors que les compétitions régulières doivent parfois s'adapter à la menace, comme en Italie, le week-end dernier. L'UEFA a ainsi confirmé ce mercredi la tenue à huis-clos du match d'Europa League entre l'Inter Milan et Ludogorets, ce jeudi. Tout en précisant que tous les autres matches se dérouleraient comme prévu. La Champions League et l'Europa League constituent les points chauds actuels de l'UEFA qui se garde bien de communiquer sur l'Euro, dont l'organisation aux quatre coins de l'Europe présente des risques élevés par les temps qui courent. "L'UEFA continuera de suivre de près la situation concernant le Covid-19 et assurera la liaison avec les autorités compétentes à cet égard", conclut le dernier communiqué en date.

Quelle décision serait prise si une ville hôte de l'Euro devait être particulièrement touchée par l'épidémie à l'approche du tournoi ? Déplacer les matches, quand on connaît toute la logistique qui les entoure, ne serait pas une mince affaire...


Plusieurs courses cyclistes menacées

L'Italie, pays européen le plus touché, doit accueillir dans les prochains jours trois courses de renom: les Strade Bianche (7 mars), Tirreno Adriatico (du 11 au 17 mars) et Milan-Sanremo (21 mars). RCS Sport, l'organisateur de ces trois courses, ne prend guère plus de risques que l'UEFA dans sa communication: "RCS Sport rappelle qu'il travaille dur pour assurer le bon déroulement de ces événements. Nous sommes en contact permanent avec les autorités compétentes et évaluerons, en partenariat avec elles, la prise de toutes les mesures adaptées."

A plus long terme, le Giro (du 9 au 31 mai) pourrait également être menacé, tout comme de nombreuses autres courses si le virus continue à gagner l'Europe. De son côté, Jean-Luc Vandenbroucke, organisateur du GP Samyn qui se déroule dès le mardi 3 mars, se montre également prudent: "Pour l’instant, on n’entend pas d’annulation d'épreuves en Belgique. Mais tout peut très vite changer avec de tels événements. Nous sommes attentifs à l'évolution de la situation. On ne rigole pas avec ces choses-là. Nous faisons confiance aux personnes responsables et nous écouterons les recommandations des autorités sanitaires."

Evidemment, les autres sports sont dans le même cas puisque toute compétition qui engendre de grands rassemblements est susceptible de passer à la trappe. S'il est impossible, pour l'instant, de définir avec précision les risques de voir le calendrier sportif 2020 être chamboulé, il est toutefois certain que l'inquiétude grandit au fil des jours...

Le match du Tournoi des Six nations Irlande-Italie à Dublin reporté

Le match du Tournoi des six nations entre l'Irlande et l'Italie, prévu le 7 mars à Dublin, a été reporté à une date ultérieure en raison de l'épidémie de coronavirus, a annoncé mercredi la fédération irlandaise de rugby après une réunion avec le ministère irlandais de la Santé.

"Nous allons immédiatement commencer à travailler avec nos partenaires des Six Nations pour examiner la possibilité de reprogrammer le match", a annoncé la fédération dans un communiqué. Mardi, les autorités sanitaires irlandaises avaient recommandé l'annulation du match en raison du risque de propagation de l'épidémie de nouveau coronavirus.