Ce sont 3 600 athlètes, 205 délégations, 26 disciplines et un village olympique qui vivront au rythme des médailles jusqu’au 26 août. Les premiers Jeux olympiques de la Jeunesse, qui débutent officiellement ce samedi à Singapour avec la cérémonie d’ouverture à 20h (14h en Belgique), ne sont pas une simple réplique miniature des JO.

Tel que l’avait imaginé et souhaité Jacques Rogge, les JOJ s’annoncent comme une véritable olympiade, dont la principale différence se situera au niveau de l’âge des athlètes, qui affichent tous entre 14 et 18 ans. Parmi ces athlètes, 51 Belges, soit l’une des principales délégations. À titre de comparaison, la France sera présente avec 61 athlètes à Singapour.

Avec 30 millions d’euros dépensés, le budget de Singapour 2010 est incomparable à celui de Londres 2012. La philosophie de l’événement se veut, elle aussi, différente. Autour des trois valeurs olympiques Friendship, Excellence, Respect, le CIO, suivi par le COIB, refuse d’ériger la moisson de médailles en unique et principal objectif de cette première édition des JOJ, qui seront suivis, dans deux ans, par des Jeux de la Jeunesse d’hiver, à Innsbruck, en Autriche. Partant du constat que la pratique du sport est en régression chez les jeunes, le CIO veut donc promouvoir le sport comme valeur et montrer la voie à suivre aux jeunes athlètes pour, un jour, décrocher l’or olympique.

"Notre souhait est de vous revoir aux Jeux olympiques en 2016, ou après. Si c’est le cas, alors notre objectif sera atteint", indiquait, avant le départ pour Singapour, Pierre-Olivier Beckers, président du COIB. "Pour ces athlètes, il s’agit d’une expérience déterminante dans leur progression. Nous espérons que cela leur serve à l’avenir", ajoute Gert Van Looy, chef de mission pour le COIB. "Au-delà des résultats et des médailles, l’essentiel est que chacun des athlètes emmagasine de l’expérience et donne le meilleur de lui-même."