De prime abord, la nouvelle peut surprendre. En plein Tour de France, c'est le milieu... équestre qui se voit confronter à un cas de dopage. C'est en tout cas ce qu'a révélé la Fédération allemande d'équitation alors qu'un de ses cavaliers a fait l'objet d'un contrôle antidopage positif.

De précisions, il n'en est pas vraiment question. Ni date ni lieu, juste un nom révélé par la revue allemande "Pferdesport International" qui incrimine le jeune Daniel Deusser (25 ans) et son cheval Air Jordan - propriété de Léon Melchior - tout en révélant que le produit détecté serait de la réserpine, un apaisant.

"Cela remonte à plusieurs mois", s'est contenté d'indiquer la fédération allemande. Il se trouve que Daniel Deusser s'est justement illustré à la sortie de l'hiver en se qualifiant pour la prestigieuse Coupe du monde "indoor" et, surtout, en y jouant un rôle en vue comme en témoigne sa deuxième place derrière le Suisse Beat Mändli.

Daniel Deusser, entraîné par le Néerlandais Jan Tops, est l'une des étoiles montantes du saut d'obstacles allemand. Il ne fait toutefois pas encore figure d'incontournable au sein de la Mannschaft où les cavaliers de tête se nomment Marcus Ehning, Ludger Beerbaum, Meredith Michaels-Beerbaum, Christian Ahlmann et autres Marco Kutscher... pour ne reprendre que les principaux.

Il n'empêche, il s'agit pour l'Allemagne d'un nouveau cas "embêtant" après ceux de Ludger Beerbaum et Bettina Hoy aux Jeux olympiques d'Athènes ou de Michaël Freund au championnat d'Europe d'attelage.

Pour Eugène Mathy, vice-président de la fédération belge, la prudence reste de mise : "La tolérance zéro est de mise en matière de dopage. On ne peut même pas donner une aspirine à un cheval ! A mon sens, la législation est trop sévère. Il faudrait pouvoir mieux faire la distinction entre soins et dopage."

Cinq pour cent des chevaux sont contrôlés lors de chaque concours international. Le plus souvent par tirage au sort.

© La Libre Belgique 2007