Plusieurs sportifs belges ont réagi à l'officialisation, attendue, du report des Jeux olympiques 2020 à l'année prochaine.

La décision était dans l'air depuis quelques semaines malgré la décision dimanche soir du CIO de patienter quatre semaines supplémentaires avant de prendre une décision sur le futur des JO. Mais les Jeux olympiques sont désormais officiellement reportés à 2021.

Certains sportifs belges qui devaient s'envoler pour Tokyo en août prochain ont d'ores et déjà réagi à ce report qu'ils trouvent à l'unanimité logique mais qui ne les arrangent pas tous.

Nafi Thiam: "Tokyo 2021, cela sonne bien !"

L'heptathlonienne, championne olympique, du monde et d'Europe garde le sourire malgré le report des Jeux olympiques, son grand objectif de l'année 2020. "Tokyo 2021, cela sonne bien ! Ce n'est pas la meilleure nouvelle, mais la meilleure décision."

"Voyons cette décision comme 12 mois supplémentaires pour se préparer et arriver dans la meilleure forme possible. Je serai prête", a-t-elle assurée.

Nafi Thiam comptait prendre une année sabbatique après les Jeux olympiques mais devra encore patienter une année supplémentaire.


Jacques Borlée: "Il va falloir garder la motivation"

"Ma première pensée va au monde médical, à tous les gens qui sont engagés contre cette maladie, c'est pour eux que c'est difficile. Il faut savoir relativiser par rapport au sport." Jacques Borlée, le père et entraîneur de la famille la plus célèbre de l'athlétisme belge, a conscience que le déplacement à l'année prochaine des Jeux Olympiques de Tokyo représente un coup dur pour ses athlètes et pose pas mal d'interrogations, mais que l'enjeu réel posé par la pandémie est ailleurs. "La décision de reporter les Jeux est cohérente, maintenant j'aurais préféré que ce soit au mois d'octobre. Mais qui peut dire aujourd'hui si la situation sera réglée à ce moment-là ? " "Il y a une grande différence entre un Euro de football et les Jeux. On joue chaque semaine au football. Les Jeux, on les prépare quatre ans. Nous avions une grande chance de faire quelque chose de bien. La préparation était idéale pour tout le monde, Jonathan Sacoor mais aussi mes fils. Nous étions tous confiants et très impatients de bien prester", a analysé le patron des Tornados.

"Le report à l'an prochain va nous contraindre à réfléchir - dès demain nous nous réunissons - comment garder cette confiance et surtout cette motivation. Jonathan et Kevin ont 32 ans. Ils en auront 33 l'an prochain. Ils aiment s'entraîner. Ils le font avec beaucoup d'idéal, mais c'est une épreuve tellement dure. C'est compliqué. Je pense aussi à Pieter Timmers ou Ann Wauters."

"D'autres questions se posent, avec le relais nous étions qualifiés pour les JO de 2020 (grâce à leur place de finaliste aux Mondiaux de Doha en 2019), est-ce que ce sera toujours valable l'an prochain ? Sur le plan individuel, sur base des résultats depuis 2018, Kevin et Jonathan étaient susceptibles de se qualifier, qu'en sera-t-il dans douze mois ? Nos partenaires et le COIB vont-ils nous renouveler leur confiance ?"​

Mathieu van der Poel éprouve un sentiment amer

Mathieu van der Poel avait trois grands objectifs en 2020 : devenir champion du monde en cyclocross, remporter une classique sur route et une médaille d'or olympique en mountainbike à Tokyo. La première de ses trois quêtes est réalisée, mais à cause de la pandémie de coronavirus, il a d'abord vu les classiques du printemps et maintenant les Jeux Olympiques lui filer sous le nez.

"C'est une décision très malheureuse, mais compréhensible", a reconnu le Néerlandais à propos du report des Jeux. "La santé passe avant tout, mais j'admets que j'ai un sentiment amer."

"Il y a quatre ans, nous avons fait un plan en vue des Jeux de Tokyo. Et ce plan est en train de tomber à l'eau. Ce n'est pas facile mentalement quand on y travaille depuis quatre ans. C'est le cas de tous ceux qui ont travaillé à long terme pour atteindre un objectif au cours de cette période".

"Pour l'instant, il n'y a pas non plus beaucoup de clarté quant à la date à laquelle nous serons de nouveau en compétition. Je vais continuer à m'occuper pour le moment, mais bien sûr je ne peux pas faire un vrai plan, bien qu'il y ait quelques pistes. Par exemple, j'espère que les championnats du monde de mountainbike à Albstadt se dérouleront comme prévu (fin juin 2020). Qu'en est-il des Jeux Olympiques de 2021 ? Il est difficile de se projeter dans l'avenir, car il faut d'abord attendre de voir quand ils vont les organiser. J'espère que ce sera à la même période, afin de pouvoir terminer la campagne classique en premier, comme c'était prévu cette année. Le seul inconvénient est que je devrai peut-être choisir entre les Jeux Olympiques et un grand tour, mais il est certain que je continuerai pour le moment à faire du mountainbike. Ensuite, nous verrons."

Eline Berings: "Pour nous les athlètes, c'est très dramatique"

Eline Berings a été une des premières athlètes à réagir au report des Jeux Olympiques de Tokyo, annoncé mardi par le CIO (Comité internationale olympique). Initialement prévus cet été du 24 juillet au 9 août, les Jeux de Tokyo sont reportés "pas plus tard qu'à l'été 2021".

"Donc...après une carrière qui a commencé en 2003, on décide de disputer des derniers Jeux et ça se passe comme ça: pas de Mondiaux indoor et pas de Jeux Olympiques. Y aura-t-il des championnats d'Europe ? " a tweeté la hurdleuse belge de 33 ans.

"Je sais que pour l'instant, le sport ne paraît pas important, mais pour nous les athlètes, c'est très dramatique", a ajouté la Gantoise.

Les Mondiaux d'athlétisme en salle, qui devaient se dérouler du 13 au 15 mars à Nankin, en Chine, avaient été annulés en janvier en raison du coronavirus.

Eline Berings avait annoncé que 2020 serait la dernière année de sa carrière. La Gantoise, championne d'Europe du 60 m haies en 2009, comptait briller une dernière fois aux Jeux. Elle avait participé aux Jeux en 2012 à Londres mais avait manqué les Jeux de Rio sur blessure quatre ans plus tard.


Thomas Van der Plaetsen: "Cette décision ne présente que des inconvénients"

Le décathlonien, ancien champion d'Europe, Thomas Van der Plaetsen s'est montré très déçu sur Instagram.

"Du point de vue de la santé mondiale, je comprends la décision", a écrit Van der Plaetsen sur son compte Instagram. "Mais le fait qu'un entraînement alternatif soit nécessaire aujourd'hui n'est pas une excuse, et le fait de souligner l'égalité des chances pour tous les athlètes n'a pas non plus de sens. Le fait que les premiers pays du monde osent maintenant même relever ce sentiment dépasse mon entendement".

Van der Plaetsen est particulièrement déçu car il est lui-même en bonne forme et presque certainement qualifié sur la base de son classement mondial. "Je ne vais pas cacher ma déception", a-t-il avoué. "Pour quelqu'un qui est aussi bien placé et dont les entraînements se passent bien, cette décision ne présente que des inconvénients. Bien sûr, il y aura toujours une raison de travailler et un nouvel objectif à poursuivre. Mon objectif pour cette année sera de défendre ma qualification olympique et d'essayer de faire des progrès techniques et physiques, que je pourrai ensuite emmener à Tokyo en 2021".

Emma Meeseman: "Nous serons plus fortes l'an prochain"

La basketteuse vedette des Belgian Cats a également au report des Jeux olympiques, sans aucune déception : "Cela fait quelques jours que nous nous dirigions vers un report, ce n'est donc pas une surprise", a-t-elle affirmée.

Mais pour la MVP de la finale de WNBA l'an dernier, ce report n'est pas une mauvaise nouvelle pour l'équipe belge: "Évidemment, cela fait mal parce que les Jeux olympiques constituaient un rêve d'enfant qui se réalisait. Mais un report n'est pas une annulation. Nous allons en sortir plus forts. Avec les Belgian Cats nous voulons nous montrer au monde à Tokyo en 2021. Nous aurons encore une année supplémentaire pour gagner en expérience dans nos clubs respectifs."

En février dernier, les Belgian Cats s'étaient qualifiées pour la première fois pour les Jeux olympiques à l'issue d'un tournoi de qualification disputé à Ostende.

Koen Naert: "Peu importe quand auront lieu les Jeux, je serai prêt"

Notre marathonien champion d'Europe il y a deux ans à Berlin est ravi de la décision prise ce mardi: "C'est une très bonne chose que la décision ait été prise rapidement, un grand merci aux dirigeants pour cela", a-t-il publié sur les réseaux sociaux, "Les athlètes doivent pouvoir accepter cette décision. Ils doivent pouvoir adapter leur programme et se recentrer."

"Peu importe quand auront lieu les Jeux, je serai prêt. Il n'y a qu'une petite différence entre les chiffres 2020 et 2021 mais pour la santé des gens, cela peut faire une énorme différence. C'était donc une sage décision", a-t-il poursuivi son message.

Pour conclure, Koen Naert a rappelé à chacun le sens de ses devoirs pour que cette crise passe le plus rapidement possible: "Tous ensemble, respectons les mesures de sécurité mises en place, de telle sorte que nous puissions revenir à la vie normale le plus rapidement possible. Ayons également une pensée pour tous ceux qui sont directement impliqués dans la lutte contre le coronavirus et remercions-les."


Matthias Casse: "Je serai prêt en 2021"

Numéro un mondial dans la catégorie des moins de 81kg, Matthias Casse devait se rendre à Tokyo dans la peau d'un des grands favoris. Mais pour lui, "le report des Jeux olympiques n'est pas un gros problème en soi. C'est seulement dommage pour ceux qui ont investi tellement de temps et d'énergie."

"Moi-même, j'étais dans une bonne passe, avec de bons résultats réalisés en 2019 et au début de cette année-ci. Mais je ne vois pourquoi je ne pourrais pas prolonger ma forme jusqu'en 2021. Je serai certainement prêt", a conclu le judoka de 23 ans.

Dirk Van Tichelt: "Je me sens comme quelqu'un qui a tiré la floche au carrousel"

Le judoka belge, médaillé de bronze à Rio il y a quatre ans, ne s'est pas encore qualifié pour les Jeux olympiques de Tokyo. Mais il a tenu à réagir sur les réseaux sociaux avec humour: "Je me sens comme quelqu'un qui a a attrapé la floche au carrousel mais la selle de mon cheval est un peu usée et elle me gratte les testicules. Douloureux ! Continuer une année supplémentaire va faire mal mais faire du carrousel est tellement chouette", a-t-il plaisanté sur Twitter, lui qui voulait mettre un terme à sa carrière après les JO de Tokyo et qui va "devoir" continuer une année supplémentaire.


Remco Evenepoel: "J'ai versé une petite larme"

La déception est grande pour le Petit Cannibale qui avait fait des J.O. son objectif principal de la saison : "Ma maman m'a appelé pour m'annoncer la nouvelle. Quand je l'ai su, j'ai juré un bon coup et j'ai versé une petite larme", a expliqué Evenepoel au Laatste Nieuws même s'il comprend évidemment la décision, "La santé de la population mondiale passe en premier, c'est certain. Le monde entier est en pause, c'est vraimentt fou. Ils ont pris la bonne décision en reportant les Jeux olympiques en 2021."

"C'est un des plus gros coup au visage que j'ai jamais reçu mais j'ai un an supplémentaire pour peaufiner ma condition et mon expérience pour tout faire pour remporter médaille l'an prochain", a continué le Brabançon qui aurait été l'un des grands favoris au titre olympique en contre-la-montre.


Greg Van Avermaet: "Une mauvaise nouvelle pour les athlètes plus âgés"

Même s'il n'était pas certain de faire partie de la sélection belge pour les Jeux olympiques, celui qui avait conquis l'or il y a quatre ans en faisait un de ses objectifs. Le Waeslandien n'est pas surpris par le report des Jeux, mais tout de même un peu déçu: "D'un côté, on voyait ce report un petit peu arriver. Cela aurait été difficile d'avoir tous les athlètes sur un même pied d'égalité au début des JO. L'événement était également un peu trop gros à organiser, ce qui me faisait dire que la chance était grande qu'ils ne soient pas organisés cet été. Mais cela reste dommage car Tokyo 2020 restait pour moi un objectif principal."

Malgré la déception, l'ancien vainqueur de Paris-Roubaix ne remet pas en cause la décision prise par le CIO et le Japon: "J'aurais personnellement attendu un peu plus longtemps pour avoir un point de vue plus global de la situation dans le monde. Mais quand j'ai lu ce lundi que le Canada et l'Australie n'enverraient pas de délégation, j'ai compris que ce serait compliqué d'attendre plus longtemps", a avoué le coureur belge qui aura tout de même 36 ans au départ de la course olympique en 2021 : "Ce report est surtout une mauvaise nouvelle pour les athlètes les plus âgés. Heureusement, je n'aurai "que" 36 ans l'an prochain."

Victor Campenaerts: "La bonne décision mais pour certains, c'est une catastrophe"

Le cycliste belge faisait des Jeux olympiques sont unique objectif de la saison. Mais malgré la déception, il juge que la décision prise était la bonne: "C'est le bon choix. Je dirais même que je suis ravi de cette décision. C'est également bon que cela tombe dès maintenant même si tout le monde la voyait arriver. Tout le monde avait bien compris que cela n'aurait pas été une bonne idée que de laisser les Jeux se déroulés aux dates prévues. Cela n'aurait pas été possible de voir autant d'athlètes concourir dans un seul endroit d'ici quatre mois, avec du public, alors que nous sommes en pleine crise du coronavirus."

Néanmoins, il comprend la réaction de certains athlètes: "Du point de vue de certains sports, le report des JO est une catastrophe. Certains sont disqualifiés, d'autres non, ils doivent penser une année plus loin."

Le compagnon de la nageuse Fanny Lecluyse préfère, lui rester positif et se concentre dès maintenant sur la suite de la saison: "En tant que coureur cycliste, je pense que nous avons encore la possibilité de voir quelques courses cette saison pour pouvoir se montrer. Nous dépendons moins des Jeux olympiques. À partir du mois de septembre, il y aura encore de belles courses que ce soit pour les grimpeurs, les coureurs de classiques ou les rouleurs."

Fanny Lecluyse: "La santé des gens passe en premier"

La nageuse mouscronnoise comprend la décision du CIO: "C'était important que les Jeux olympiques de Tokyo ne débutent pas en juillet prochain. Je ne le voulais pas parce que la santé des gens doit toujours passer en premier. L'Euro de natation est désormais mon principal objectif même si nous n'avons encore aucune certitude. Espérons que la crise du coronavirus soit derrière nous à ce moment-là."

Thomas Briels: "Je ne pense pas que beaucoup de garçons vont dire qu'ils arrêtent"

Le capitaine de notre équipe masculine de hockey rêve du titre olympique après avoir conquis la médaille d'argent il y a quatre et être devenu champions d'Europe et du monde par la suite. Il va devoir, comme tous ses coéquipiers, patienter encore au moins un an: "Une année, cela passe vite, donc je ne pense pas que beaucoup de garçons diront qu'ils arrêtent. Nous sommes un sport d'équipes et nous pouvons donc heureusement nous soutenir les uns les autres, mais si tu dois nager seul dans une piscine, cela doit être une un grand défi."

Tanguy Cosyns: "J'ai l'impression qu'on reporte ma session d'examen"

Le hockeyeur belge qui faisait partie du groupe lors des Jeux olympiques de Tokyo en 2016 parle d'un sentiment bizarre suite à cette décision conjointe du CIO et des organisateurs japonais. Le Bruxellois qui n'était en revanche pas présent à la Coupe du monde devra se battre pour forger sa sélection.