La délégation belge aux jeux Olympiques d'Athènes quittera la ville olympique, lundi, avec un «sentiment ambigu», a reconnu Eddy De Smedt, chef d'équipe responsable du sport de haut niveau, à l'occasion de la conférence de presse du Comité Olympique et Interfédéral Belge (COIB) à la veille de la clôture des Jeux.

«Quand on regarde les résultats, on peut soit sortir son mouchoir et commencer à pleurer parce que nous n'avons que trois médailles», image Robert Vandewalle, chef d'une mission qui se termine, «soit on peut voir les choses de manière positive en constatant que nous avons eu beaucoup de Belges en finale».

Le bilan est, en effet, implacable. Avec trois médailles (une d'or et deux de bronze), alors que Tia Hellebaut (hauteur samedi soir) et Laurence Rase (taekwondo dimanche) n'en avaient pas encore terminé, le bilan chiffré est globalement moins bon qu'à Sydney il y a quatre ans (5 médailles, 3 de bronze et 2 d'argent). En regardant ce que le COIB appelle les places de finalistes (parmi les 8 premiers), l'équipe belge est présente à 15 reprises contre 14 seulement en Australie alors même que la délégation était plus large de 40 pc.

«Si on ne regarde que les médailles, c'est vrai, nous n'avons pas atteint l'objectif de 6 que nous nous étions fixés», avoue Eddy De Smedt. «Il faudra regarder pourquoi, analyser et trouver des solutions». Rayon satisfaction, il cite le tennis, le cyclisme et le judo qui ont répondu aux attentes. A l'inverse il estime qu'en voile, en équitation et même en mountainbike, des médailles étaient attendues et ne sont pas arrivées.

«Mais on a rarement eu l'impression d'être en dehors du coup. Sur base des résultats plus larges et du comportement de l'équipe, ces Jeux sont réussis», ajoute-t-il avant de citer en exemple et de replacer dans leur contexte la 6e place de Tim Maeyens en skiff (aviron), la 5e du Bob Maesen et Wouter D'Haene en kayak biplace sur 1.000 m. Il n'oublie pas non plus la 4e place de Kathleen Smet, les résultats du saut d'obstacle (deux 5es places, une 6e place), du mountainbike (4) ou du judo. «Le concours complet nous a déçu. Nous n'espérions pas une médaille, mais une place plus proche du podium»

Rayon satisfaction, Eddy De Smedt relève l'athlétisme. «Il y a quatre ans, avec 9 athlètes nous avions atteint une demi-finale. Ici, avec une délégation réduite nous avons trois finales et une demi-finale».

«Nous avons misé sur la qualité plutôt que sur la quantité au moment d'établir les critères de qualification», rappelle François Narmon. «De 69 athlètes à Sydney nous sommes passés à 51 ici». Avec, au final, 30 pc de finalistes contre 20 pc quatre ans plus tôt.

Le président du Comité International Olympique (CIO), Jacques Rogge, n'a pas voulu juger la performance de la délégation belge aux jeux Olympiques d'Athènes. Le Gantois a cependant insisté pour que les «performances soient jugées dans leur homogénéïté». «Une 4e, 5e ou 6e place, c'est remarquable», a-t-il expliqué. «Disputer une finale olympique, c'est quelque chose d'exceptionnel».

Jacques Rogge a reconnu que certaines comparaisons pouvaient ne pas être flatteuses pour la Belgique. «Si on compare avec les Pays-Bas qui ont déjà 19 médailles, on se demande où est la Belgique. Mais il y a aux Pays-Bas un système sportif et surtout une culture sportive différente», estime-t-il. «Il faut essayer, avec les autorités publiques, de bâtir en Belgique des structures qui permettent de détecter, former et développer davantage de champions».