ÉCLAIRAGE

Le Royal Golf Club d'Ostende et le Royal Zoute Golf Club sont-ils menacés de mort? La rumeur fait, en tout cas, le tour des Club Houses et alimente bien des conversations lors des traditionnels dix-neuvième trou. L'affaire est sérieuse admet Eric Steghers, secrétaire général de la Fédération Belge de golf.

Ce sont les services de Vera Dua, ministre Agalev de l'Environnement du gouvernement flamand, qui sont à la base de cette menace. A l'instar d'autres sites récréatifs ou d'habitat de Flandre, les deux parcours de notre littoral se situent, officieusement, dans des zones vertes naturelles qu'il convient de protéger! En clair: l'administration régionale flamande de l'Aménagement du territoire et du ministre VLD Dirk Van Mechelen pourraient, en fin de... parcours, ordonner la libération des dunes d'Ostende et du Zoute où roulent encore des balles de golf afin de respecter la... nature.

ENJEUX POLITIQUES

Reste à savoir si ce projet, qui fit dans un premier temps sourire, a des chances d'aboutir. Pour l'heure, il en est au stade purement administratif. Or, pour fermer un club de golf, il faut, au minimum, un texte juridique. Il n'y a donc pas le feu à la maison. D'autant que l'on devine, derrière ces querelles, d'inévitables enjeux politiques, plus ou moins camouflés à un an des élections.

Les relations entre les autorités du golf et le mouvement écologique ont toujours été tendues. Manque de connaissance? Idées préconçues? Contrairement à ce que pensent certains, le golf est pourtant un sport très écologique, qui respecte la nature, insistent, à l'unisson, les responsables de la Fédération et des clubs.

On voit mal, en tout cas, comment des gens raisonnables pourraient fermer deux parcours aussi prestigieux que ceux d'Ostende ou du Zoute. Le premier fut créé au début du siècle par le roi LéopoldII, via une donation royale; le second, qui a fêté son centenaire voici trois ans, est unanimement considéré comme l'un des plus beaux d'Europe. Il mériterait d'accueillir un jour la Ryder Cup s'était exclamé le champion anglais Nick Faldo lorsqu'il l'avait découvert.

En coulisses, où l'on joue la carte de la discrétion, le lobbying bat son plein. Des réunions, plus ou moins secrètes, se tiennent ici ou là. Et, à l'initiative des deux clubs, des pétitions circulent déjà, dans certains Club Houses, pour permettre à Ostende et au Zoute de conserver leur joyau golfique. L'enjeu n'est pas seulement sportif mais également économique: outre les quarante mille golfeurs du Royaume, de nombreux touristes étrangers fréquentent régulièrement les deux magnifiques links de notre littoral. Sans eux, Knokke et Ostende perdraient, assurément, bien des emplois...

© La Libre Belgique 2002