Entre «Jean-Mi» et les Jeux olympiques, ce n'est pas une grande histoire d'amour, sportivement du moins. Pour sa cinquième olympiade, notre porte-drapeau n'a pas fait exception en s'inclinant en 16e de finale - son premier tour en fait - face à Ju Lin, un Chinois naturalisé Dominicain, classé 137e mondial. Un classement peu significatif dans la mesure où ce joueur ne dispute pas le Pro Tour. Comme référence plus sérieuse, on pointera deux années passées en Superdivision allemande, le championnat le plus relevé au monde.

Ce mystérieux joueur n'allait pas tarder à dévoiler ses «plus beaux atours»: une défense à la table, un picot bien maîtrisé et, accessoirement, un excellent pivot doublé d'un coup droit tranchant, de quoi donner des angoisses aux puristes. C'est bien simple, il a fallu deux sets pour que «Jean-Mi » apprivoise son adversaire, 11-5, 11-4: «Il coupait vraiment très fort ses balles et comme les tables sont très lisses, je ne parvenais pas à m'installer dans le match. Une fois que j'ai pris la mesure de son jeu, j'avais deux sets dans la vue...»

Là, son jeu et son enthousiasme retrouvés, notre pongiste emblématique se lança dans une belle course poursuite, entamée par un 3e set remporté 5-11. Dans la 4e manche, Saive sauva trois balles de set avant de s'imposer 11-13 et d'égaliser à deux manches partout. Le cinquième set, dantesque, constitua assurément le tournant du match. Mené 9-5, «Jean-Mi » revint à 9-9 avant d'effacer une première balle de set à 10-9.

«Jean-Mi» ne dramatise pas

Saive en sauvera trois, non sans avoir à son tour bénéficié de quatre balles de set, gâchées tantôt par la malchance, tantôt par trop de précipitation: «Dans ce set, Ju Lin n'a pas été malchanceux avec deux coins de table et un filet sur une de mes balles de set. D'un autre côté, j'ai péché par précipitation en voulant absolument prendre l'initiative en retour de service.» Au bout du suspense, il s'inclinait 18-16 en un peu plus de 11 minutes. La sixième manche allait être la dernière, «Jean-Mi» ayant laissé pas mal d'influx dans la bagarre: «C'est sûr que le gars qui gagne 18-16 possède un ascendant psychologique. Mené 5-1, je suis revenu à 5-5 mais j'ai à nouveau perdu un peu mes repères pendant que mon adversaire serrait le jeu.»

Défaite 11-8 et une élimination une fois de plus prématurée aux Jeux - son meilleur résultat est un quart de finale à Atlanta. «Jean-Mi» ne dramatisait pas outre-mesure: «Sur l'ensemble d'une carrière et d'un point de vue sportif, c'est un peu dommage. A côté de cela, j'ai vécu deux belles histoires d'amour en étant le porte-drapeau de la délégation.»

Désormais, Jean-Michel Saive va se concentrer sur sa «campagne électorale» en vue d'être élu à la Commission des athlètes du CIO. Quatre athlètes (sur 32) seront élus par leurs pairs. Parmi les candidats, on trouve des noms prestigieux: Douillet, El Guerrouj ou Fredericks. «Là également, je n'ai pas trop d'illusions à me faire car avec la délégation belge et les gens du ping, nous ne sommes que 200 tandis que les Allemands sont déjà 400 au départ.»

© Les Sports 2004