Ni sourde ni déséquilibrée

La skieuse autrichienne Michaela Dorfmeister a passé le jour de l'An à l'hôpital après s'être percé un tympan avec un coton-tige en se nettoyant les oreilles. Elle a été opérée le 1er janvier après être arrivée la veille au soir, a déclaré le Dr Gerhard Moser, du service ORL de l'hôpital de Salzbourg. C'est une opération relativement simple, qui ne devrait pas l'empêcher de skier. La blessure dont souffre Dorfmeister ne devrait pas affecter son sens de l'équilibre, dans lequel les oreilles jouent un rôle vital, mais son ouïe est atteinte provisoirement.

La championne a annoncé qu'elle souhaitait rechausser les skis samedi pour disputer le slalom géant de Marburg (Allemagne).

EN VUE

Les clubs de foot espagnols endettés

La majorité des clubs espagnols de première division perdent de l'argent et sont endettés, révèle un audit sur les exercices 1997-98 et 1998-1999, réalisé par le cabinet Deloitte et Touche. Si l'audit montre que le chiffre d'affaires de l'ensemble des clubs est passé de 100 milliards de pesetas (600 millions d'euros) à 108 milliards, il souligne que le résultat d'exploitation est négatif dans la plupart des cas. Cela révèle un problème grave qui doit être résolu en se concentrant sur les entrées et les dépenses ordinaires. L'exercice 1998-1999 montre bien que les grands clubs ont des problèmes: le FC Barcelone et le Real Madrid ont ainsi connu un résultat d'exploitation négatif respectivement de 2,8 milliards et de 2,3 milliards de pesetas (16 millions d'euros).

Valence fait figure d'exemple avec un déficit de seulement 85 millions de pesetas (510.000 euros). L'audit convient que chaque club a des caractéristiques différentes mais affirme que la solution passe forcément par une augmentation des recettes d'exploitation, des recettes perçues lors de compétitions sportives et la réduction des coûts des transferts et d'entretien des stades. La majorité des clubs étudiés présentent des fonds de roulement négatifs, ce qui signifie que les dettes à court terme (12 mois) ont une valeur supérieure aux actifs à court terme, rendant difficile le respect des échéances, conclut l'audit. Ce dernier estime que les clubs peuvent exceptionnellement en appeler à leurs abonnés pour se renflouer ( ce qui serait impensable dans une autre activité) mais rappelle que l'investissement de capitaux dans le business du football exige une information plus claire et plus transparente que celle actuellement fournie par les clubs. (AFP)

© La Libre Belgique 2000