Ce vendredi, Ben Weyts donnait une conférence de presse à propos des conclusions du rapport indépendant après les accusations de harcèlement moral/intimidation en gymnastique. La commission d'enquête a constaté qu'il y avait manifestement un comportement inadéquat à la Gymfed.

Pour Bart Meganck, le président du comité d'enquête, "La Gymfed était au courant des plaintes et a trop peu fait pour remédier aux problèmes." Selon les gymnastes, elles étaient trop peu écoutées. La priorité étant axée uniquement sur les performances au détriment des athlètes.

Les gymnastes estimaient que leurs plaintes n'étaient pas entendues. L'envie de performer était une priorité et cela se faisait au détriment du bien être mental des athlètes. "Il y avait trop peu d'attention sur l'individu. Nous avons raté l'occasion de reconnaître les plaintes. Heureusement qu'un comité indépendant a été mis en place afin d'aider les athlètes plus vulnérables" a expliqué le président du comité.

Les entraîneurs Marjorie Heuls et Yves Kieffer se sont excusés pour leur comportement. "Nous reconnaissons que notre approche était trop axée sur la performance. Nous avons blessé les gymnastes et nous le regrettons. Nous nous excusons sincèrement", ont-ils expliqué dans un message vidéo. Ils ont ensuite proposé leur pleine coopération et s'engagent à suivre les recommandations du comité.

Retour en arrière, fin 2020 dans la foulée des révélations concernant les méthodes de l’entraîneur néerlandais Gerrit Beltman (qui a officié en Belgique), plusieurs anciennes gymnastes du centre de Gand (Aagje Vanwalleghem, Galle Mys, Laure Waem, Dorien Motten, Bérangère Fransolet...) avaient dépeint un climat pour le moins toxique auquel contribuent, selon elles, les coachs français Yves Kieffer et Marjorie Heuls, les entraîneurs de Nina Derwael. Humiliations publiques, brimades, intimidations, abus psychologiques divers : le tableau de ce régime de la peur n’est guère reluisant.

Plus d'infos à suivre...