Les New Jersey Devils et leur gardien canadien Martin Brodeur ont brandi pour la troisième fois en neuf saisons la Coupe Stanley, qui récompense le vainqueur de la Ligue professionnelle nord-américaine de hockey sur glace (LNH), après leur victoire (3-0) lors du 7e match décisif de la série finale, lundi contre les Anaheim Mighty Ducks.

New Jersey, qui succède au palmarès à Detroit, s’était déjà imposé en 1995 et 2000, et avait échoué en finale en 2001.

Brodeur est devenu le 3e joueur de l’histoire de la LNH à n’encaisser aucun but sur trois matches de la finale, le premier depuis 1945, et le troisième à réaliser une telle performance dans le septième match décisif.

Jeff Friesen, transfuge des Ducks, a inscrit deux but tandis que Michael Rupp, «rookie » (1re année) disputant son 4e match de play-off seulement, a marqué le but de la victoire.

«Tout le monde est à créditer d’une prestation fabuleuse », a déclaré Brodeur, dont le 7e blanchissage de la phase finale constitue un nouveau record en la matière.

Son alter ego et compatriote Jean-Sébastien Giguere dut se contenter pour sa part du titre de meilleur joueur (MVP) de la phase finale, trophée brandi sous les huées des supporteurs de New Jersey mais sous les applaudissements de ses adversaires.

«Je n’ai pas été surpris par les huées des supporteurs puisqu’il voulaient logiquement que leurs joueurs gagnent, mais j’ai vu aussi les encouragements des Devils et cela m’a fait chaud au coeur », a déclaré Giguere après avoir essuyé ses larmes de déception.

Le sentiment était également partagé dans la famille Niedermayer. Scott, des Devils, avait ainsi une pensée pour son frère Rob, qui était dans le camp des perdants.

«C’était dur bien sûr, j’aurais aimé qu’il soit à nos côtés en train de parader avec la Coupe », a déclaré Scott. «Je lui ai dit que j’étais fier de lui. Qu’il avait largement contribué au brillant parcours de son équipe ».

Anaheim, N.7 de la conférence Ouest à la fin de la saison régulière, a enchaîné les surprises pour atteindre la première finale de l’histoire d’un club qui n’avait encore franchi qu’une fois le premier tour, depuis sa création en 1992.