Leader du Championnat d’Europe Superstock grâce à deux victoires et à deux deuxièmes places, Xavier Siméon a, une fois de plus, pris la mesure de l’armada des pilotes transalpins. Auteur de la pole position, le jeune pilote belge se retrouva en bagarre avec la Ducati officielle de l’Italien Canepa après avoir largué tout le reste de l’escadrille.

Parfaitement maître de son sujet, Xavier attendit patiemment l’avant-dernier tour pour porter l’estocade au guidon de sa nouvelle Suzuki GSX-R 600 aux couleurs jaunes (comme Rossi). “Comme la Ducati était un peu plus rapide dans certaines portions du circuit, j’ai préféré attendre pour imposer mon pilotage à deux tours de la fin. A un moment, Canepa a ouvert la porte, et je me suis engouffré. J’ai continué en soignant bien mes trajectoires et en fermant toutes les portes. Il n’a plus eu l’occasion de me repasser. Je pense que ce fut ma course la plus serrée de la saison !” confiait le poulain de Francis Batta qui possède désormais 34 points d’avance au classement du championnat. En Superbike, le Japonais Kagayama a déjoué tous les pronostics en signant le carton plein dans les deux manches.

L’élimination de son équipier et leader du championnat Bayliss qui a chuté en première manche lui a facilité la tâche. Si Toseland complète le podium de cette manche, la surprise vient du jeune Fabrizio (2e et 3e) qui s’est hissé à deux reprises sur le podium. Quant à Troy Corser, champion du monde en titre, il n’a guère profité du off-day de Bayliss (8e en deuxième manche). Ses 4e et sa 5e places le laissent loin au classement général. En revanche, Curtain (Yamaha) a relancé le championnat mondial des 600 cc grâce à sa deuxième victoire d’affilée après celle de Misano. Après une bagarre avec son compatriote et équipier Parkes, l’Australien a terminé la course en force.

Relevant de blessure, Sébastien Charpentier, leader du championnat, a dû se contenter de la 11e place et ne possède plus qu’un avantage de quelque 11 points au classement du championnat.