La Belgique s'est inclinée pour la première fois à l'Euro de basket féminin, 68-52 (mi-temps: 36-21) face à l'Espagne en demi-finale, samedi à Prague. Les Belgian Cats joueront pour la médaille de bronze dimanche (18h00) face au perdant de l'autre demi-finale entre la France et la Grèce.

Vice-championne olympique à Rio (2016) et vice-championne du monde (2014), championne d'Europe en 2013 et 3e il y a deux ans, l'Espagne était loin d'être cadeau pour les Belgian Cats. Grandissimes favorites de cette 36e édition, les Espagnoles de Lucas Mondelo ont impressionné par leur intensité et mis beaucoup de pression sur les Belges (23 pertes de balle) passant déjà à +15 à la mi-temps et finissant à 68-52.

Avec son cinq habituel, la Belgique a tenu 4 minutes devant le furia espagnole. Avec un 8-8 au compteur et deux fautes pour Laia Palau, la meneuse espagnole, l'Espagne devait trouver d'autres options. Les changements étaient plus efficaces côté espagnol et les Belges avaient du mal à suivre le rythme. Alba Torrens plantait notamment une bombe pour faire 20 à 11 (Q1) pour un 12-3 partiel.

La défense espagnole coupait toutes lignes de passes, obligeant les intérieures belges à tenter leur chance de loin, mais l'écart restait raisonnable malgré le mutisme offensif des Belges (26-13 au quart d'heure). Les filles de Lucas Mondelo, sans avoir facile, passaient devant à la mi-temps avec un viatique de 15 points (36-21), et 12 points (6 rbds) déjà pour Alba Torrens.

L'Espagne ne laissait aucun espoir à la Belgique à la reprise avec un jeu fluide et solide pour prendre 19 points d'avance à la 25e (47-28). A 52-33 sur une nouvelle bombe de Torres (20 pts, 10 rebonds), la 4e, à la demi-heure, la cause était entendue, surtout que Philip Mestdagh préservait Meesseman (5 pts, 6 rebonds, 5 assists), Wauters (4 pts) et Kim Mestdagh (9 pts) pour le lendemain. Avec 11 unités au compteur, Julie Vanloo terminera la Cat la plus prolifique.

Après trois victoires en match de poule, contre le Monténégro (66-64), la Russie (76-75 après prolongation) et la Lettonie (62-58), la Belgique avait battu l'Italie 79 à 66 en quarts de finale jeudi pour assurer sa place au championnat du monde en Espagne du 22 au 30 septembre 2018.


La Grèce adversaire de la Belgique pour la 3e place dimanche

La Grèce sera l'adversaire de la Belgique pour la 3e place de l'Euro de basket féminin, dimanche (18h00) à l'Arena de Prague. En demi-finales samedi, la Belgique s'est inclinée 68 à 52 face à l'Espagne alors que la Grèce a été battue par la France 55 à 77.

L'Espagne de Lucas Mondelo, vice-championne olympique, vice-championne du monde, championne d'Europe en 2013 et 1993, 3e il y a deux ans, visera un 3e succès à l'Euro, en affrontant en finale dimanche (20h30) la France, vice-championne d'Europe lors des deux dernières éditions et couronnée en 2001 et 2009. Les Françaises de Valérie Garnier visent elles aussi un 3e sacre européen après leurs titres de 2001 et 2009, emmenées qu'elles sont par Céline Dumerc qui mettra un terme à sa carrière internationale à l'issue de l'Euro.

Pour la troisième place et une médaille de bronze, la Belgique affrontera donc la Grèce. Les Grecques, déjà battues en phase de poules par les Françaises (63-70), n'ont pu faire tomber la France samedi en demi-finale.

La Belgique a rencontré la Grèce à trois reprises en match officiel, s'inclinant les trois fois. Le dernier duel remonte à 2009. La Grèce d'Evanthia Maltsi, 37 ans, Styliani Kaltsidou et Artemis Spanou, dixième du dernier Euro et 5e en 2009, réussit son meilleur résultat dans un championnat d'Europe.

© BELGA
Philip Mestdag, déçu par l'excès de respect de ses joueuses

Philip Mestdagh, le sélectionneur national, n'a pu que reconnaître la supériorité de l'Espagne en demi-finales de l'Euro de basket féminin samedi à Prague. La Belgique s'est en effet inclinée 68 à 52 laissant la place en finale aux Espagnoles. Les Belgian Cats joueront pour le bronze dimanche (18h00) contre le vaincu de l'autre demi-finale entre la Grèce et la France.

"Nous avons montré trop de respect envers l'Espagne en première mi-temps", a regretté Philip Mestdagh. "Quand tu es derrière avec 15 points à la mi-temps contre une telle équipe, c'est mission impossible. Mais c'est dans ce genre de match que nous apprenons aussi beaucoup. Avec le jeune groupe qui est le nôtre, l'objectif était de prendre de l'expérience. Face à plus fort, c'est d'autant plus le cas. Nous devons prendre ça avec nous et je n'ai qu'un seul souhait, c'est de retrouver l'Espagne au championnat du monde l'an prochain et montrer comment nous avons progressé."

Avec sa victoire en quarts de finale, la Belgique avait en effet assuré sa place au Mondial en 2018.

L'Espagne a imprimé samedi une grosse intensité dans la partie et les Belgian Cats n'ont pu trouver la parade. "Nous avons joué contre la meilleure équipe d'Europe ici, peut-être championne d'Europe dimanche, et si l'on excepte les Etats-Unis, peut-être la meilleure du monde", a ajouté Philip Mestdagh. "Nous n'avons pas su trouver nos intérieures et nous avons perdu trop de ballons. Il a été difficile aussi de trouver des options à distance, c'était un match très compliqué. Je le répète, nous devons tirer les leçons de ce match déjà pour demain (dimanche) où nous ferons tout pour aller chercher une médaille."

© BELGA

Ann Wauters et Emma Meesseman veulent tirer les leçons de la défaite

L'Espagne a trouvé la parade face à la Belgique en demi-finale de l'Euro de basket féminin samedi à l'Arena de Prague. Les Belgian Cats se sont inclinées 68 à 52 face aux Espagnoles, plus fortes et expérimentées qui ont mis sous l'éteignoir la grande force des Belges: le duo Emma Meesseman (5 pts)-Ann Wauters (4 pts).

"Il faut être honnête, l'Espagne est pour l'instant plus forte que nous", a reconnu Ann Wauters. "Nous n'avons pas pu jouer notre jeu ni trouver des solutions. Elles ont mis une grosse pression sur nos joueuses en périphérie et elles nous collaient en défense, Emma et moi. C'est la première fois que l'on était confrontée à une défense aussi forte. Il ne faut pas oublier qu'elles sont au top mondial depuis 10 ans, nous revenons de notre côté sur la scène européenne pour la première fois depuis 10 ans. Il faut remettre les choses en place. Bien sûr quand tu es en demi-finale, tu espères toujours plus, mais cela nous remet les pieds sur terre. Nous allons vite tourner la page et jouer à 120 % pour le bronze."

Emma Meesseman aussi était légitimement déçue après la rencontre, mais la jeune intérieure flandrienne, 24 ans, voulait retenir les leçons de ce duel. "Nous avons montré trop de respect envers l'Espagne. C'est vrai que c'est une super équipe, mais j'ai l'impression que nous avons eu un peu peur et étions intimidées. Nous n'avons pas su trouver la bonne combinaison entre le jeu à l'intérieur et extérieur. Nous avons perdu trop de ballons au lieu de rester calme et de jouer notre jeu. Il faut reconnaître que l'Espagne mérite sa victoire. A nous de donner le maximum pour la 3e place. Nous rêvons toujours de rentrer à la maison avec une médaille, pour cela il faut retrouver notre agressivité en défense et donner encore le meilleur de nous même dimanche."

La Belgique affrontera soit la France, soit la Grèce pour une médaille de bronze dimanche (18h00) à Prague.

© BELGA

Kim Mestdagh: "nous avons joué contre une grande équipe d'Espagne"

"Nous avons joué contre une grande équipe d'Espagne", a reconnu Kim Mestdagh. "Nous n'avons pas pu trouver des solutions pour trouver nos intérieures que ce soit Ann ou Emma. Elles ont mis tellement de pression sur les ailières et les meneuses que nous avons vraiment eu du mal à faire le lien entre le jeu extérieur et intérieur. Tout le mérite en revient à l'Espagne, à l'avenir il va falloir être capable de trouver des réponses face à de telles défenses."

Laia Palau, la meneuse espagnole, déjà six fois médaillée à l'Euro à l'Espagne et qui disputait sa 260e sélection, abondait dans le même sens au moment d'analyser la rencontre. "Notre but était de mettre beaucoup de pression sur leurs joueuses à l'aile et à la distribution pour empêcher que la balle arrive à l'intérieur. Cela a marché. Nous voilà en finale, nous continuons à rêver," poursuivait l'Espagnole qui mettra un terme à sa carrière internationale à l'issue de l'Euro.

L'Espagne jouera en finale contre le vainqueur de France/Grèce alors que le perdant de cette deuxième demi-finale contestera le bronze à la Belgique dimanche (18h00).