Alexeï Yagudin a pris un ascendant psychologique de taille sur ses principaux adversaires en remportant mardi, à Salt Lake City, le programme court du concours individuel messieurs de patinage artistique des jeux Olympiques d'hiver, patinant presque à la perfection alors que notre compatriote Kevin Van der Perren, pour ses premiers Jeux Olympiques prenaient une excellente 13e place.

Une fois encore, le jeune Russe, déjà triple champion du monde (1998-99 et 2000), s'est montré incomparable: plus fort, plus haut, plus léger que tous.

Le public américain pourtant très partisan ne s'y est pas trompé et s'est levé pour lui rendre un vibrant hommage à la fin de son exercice. Yagudin a même été appelé à saluer encore l'assistance une fois installé dans le "kiss and cry", cette banquette sur laquelle il attendait les résultats en compagnie de son entraîneur, Tatiana Tarasova.

Il a, mardi, renvoyé la concurrence à des années-lumière. Principal opposant, son compatriote Evgeni Plushenko (4e), champion du monde 2001, a complètement raté son début de concours en chutant sur la combinaison quadruple-triple boucle piqué initiale.

Les Américains, qui voulaient manger les Russes tout cuits, ont à peine fait mieux, puisque Timothy Goebel, le mieux classé, est troisième derrière le Japonais Takeshi Honda (2e), qui s'est surpassé pour parvenir à ce niveau.

Duel avec Goebel

Goebel avait pourtant introduit pour la première fois un quadruple salchow en compétition olympique dans sa combinaison quad-triple. Mais si ce saut était parfait, le triple boucle piqué qui devait suivre avortait, réduit à une pirouette et demie. Tout comme le Français Frédéric Dambier (11e), qui avait opté pour la même difficulté.

Mais que dire de l'Américain Todd Eldredge qui s'est mis lui-même à la faute sur toutes ses tentatives et termine à une pitoyable 9e place. Si le Russe Alexander Abt fait tout juste mieux en se classant 5e, il le doit non à une mauvaise prestation, mais à une sous-cotation flagrante de son mouvement. Le Canadien Elvis Stojko (7e), est logé à la même enseigne.

Les qualités artistiques de Yagudin sont telles que la lutte pour la médaille d'or, jeudi soir, se réduit désormais à un duel avec Goebel. Mais l'américain devra atteindre la perfection pour l'emporter, en espérant une énorme mais peu probable faute du Russe.

Plushenko et Abt peuvent encore espérer atteindre la 3e marche du podium. Mais eux aussi devront compter sur un effondrement du Japonais Takeshi Honda.