Plus jeune pilote de tous les temps à monter sur un podium, voici un an en Turquie, François Duval a égalé, ce week-end au Mexique, le record de Belgique en devenant le cinquième des nôtres à terminer à la deuxième place d'une manche comptant pour le championnat du monde des rallyes. En performances pures, on peut même considérer qu'il s'agit du meilleur résultat jamais obtenu par l'un de nos compatriotes.

D'abord car aujourd'hui ils sont au moins huit à disposer du matériel pour s'imposer. Ensuite parce qu'à l'époque, Van de Wauwer et Thiry décrochèrent leur premier accessit en Afrique, en l'absence des grandes usines, et que Loix (au Portugal) et Snijers (au Sanremo) signèrent le meilleur résultat brut de leur carrière dans une épreuve ne comptant que pour le championnat du monde deux roues motrices.

Un exploit que le jeune prodige de Cul-des-Sarts aurait déjà dû signer lors du dernier Monte-Carlo si on ne lui avait intimé l'ordre de lever le pied pour offrir deux points supplémentaires à son équipier Martin. Un geste forcé permettant désormais à l'Estonien de rejoindre Sébastien Loeb en tête de la hiérarchie, six points seulement devant le Belge désormais quatrième du Mondial. Et sans son sacrifice principautaire, Obélix occuperait la troisième place, ex aequo avec Grönholm, à quatre points seulement du leader Loeb.

«Je dois encore patienter»

Et tout cela alors qu'on ne lui demande toujours que d'apprendre. D'en garder sous le pied pour assurer sa présence à l'arrivée afin d'emmagasiner un maximum d'expérience pour 2005. C'est donc le coude à la portière que François a achevé la première étape mexicaine au sixième rang, respectant scrupuleusement les consignes données par son boss. «Je ne peux pas encore gagner, regrettait François Duval. Markko est clairement le pilote n°1. Il est plus âgé et a plus d'expérience que moi. En plus, il fait la majorité des tests. C'est lui le candidat au titre. Moi je dois patienter...» Assurant très vite et très intelligemment une troisième place se transformant en premier accessit suite aux tonneaux de son idole Sainz, Duval n'a donc jamais essayé d'attaquer son chef de file.

En attendant, la cote de notre compatriote continue à grimper en flèche à la bourse du rallye mondial. Et, sans vouloir du tout lui mettre de pression, on sent le premier sacre belge en Mondial des rallyes se rapprocher à grands pas. Après la Nouvelle-Zélande où il rentrera sans doute dans le rang, vu son manque d'expérience, il fera partie des grands favoris lors du triptyque Chypre - Acropole - Turquie, trois épreuves convenant particulièrement bien à sa robuste Ford Focus WRC 03 où il pourra, enfin, attaquer à brides rabattues. Si l'évolution 2004 prévue pour le premier avril ne remet pas en cause la fiabilité de sa machine, François 1er pourrait accéder au trône avant la fin juin.

© Les Sports 2004