Dans un peu plus de 24 heures, le stade national, le "nid d'oiseau" (voir infographie ci-contre), s'irisera des mille couleurs de la cérémonie d'ouverture de ces JO pékinois. Restait encore à la délégation belge à désigner son porte-drapeau. L'annonce officielle est tombée, ce mercredi, sur le coup de 11 h 45 (5 h 45, en Belgique) : c'est Sébastien Godefroid qui sera chargé de porter haut les couleurs nationales.

Avant l'annonce, trois noms circulaient : Jean-Michel Saive, Sébastien Godefroid et Kim Gevaert. Trois noms auxquels Philippe Rogge, chef de la délégation belge, a ajouté un quatrième, celui d'Ilse Heylen, médaillée de bronze, en 2004, à Athènes. "Notre porte-drapeau sera Sébastien Godefroid !" a lancé, sur un ton solennel, le fils du Président du CIO. "Je lui ai confirmé mardi, lorsque je me suis rendu à Qingdao. Sa réaction fut à son image, calme. Après quelques instants, j'ai quand même vu un sourire sur ses lèvres et une flamme dans ses yeux. Je pense qu'il venait de réaliser."

Philippe Rogge et Sébastien Godefroid se connaissent depuis de longues années. Ils furent même concurrents en voile, se disputant, notamment, la sélection pour les Jeux d'Atlanta, en 1996. "Et le meilleur l'a emporté ! C'est la loi du sport... Et puis, "Sebbe" a prouvé qu'il méritait d'être aux Jeux puisqu'il y a décroché une formidable médaille d'argent en Finn." Avant de se classer septième en 2000, à Sydney, et en 2004, à Athènes, deux relatives déceptions pour cet Anversois de 37 ans, 1,83 m et 90 kg, qui, paradoxe, n'a jamais assisté à la cérémonie d'ouverture des Jeux. "Je pense que ce sera pour lui un moment inoubliable. Et il le mérite !"

Reste que le choix de Philippe Rogge et du COIB a forcément causé l'une ou l'autre déception, surtout dans le chef de Jean-Michel Saive. "J'ai téléphoné à "Jean-Mi" pour le prévenir de ma décision ! enchaîne Philippe Rogge. Il était déçu mais, en champion qu'il est, il a immédiatement repris le dessus, affirmant que je l'obligeais à continuer jusqu'en 2012, à Londres, et que, là, pour ses septièmes Jeux Olympiques, il serait incontournable ! J'ai également téléphoné à Kim Gevaert et à Ilse Heylen qui, toutes deux, se sont dites flattées que leur nom ait circulé. 'Pourquoi moi ?' s'est ainsi exclamée Ilse. Tout simplement parce qu'elle est notre dernière médaillée encore en activité. Mais bon, dans son cas, il n'était pas sérieux d'assister à la cérémonie d'ouverture l'avant-veille de sa compétition."

Porte-drapeau de l'athlétisme belge depuis 2002, Kim Gevaert aurait sans nul doute assuré ce rôle au niveau olympique avec élégance, mais, la raison l'a emporté sur l'affection...