Une semaine après sa série de tonneaux au Dakar, Grégoire de Mevius a été opéré d'urgence des cervicales, ce lundi après midi, à l'Hôpital Saint-Luc de Bouge, près de Namur. Encore sous le choc, son épouse Florence raconte: «J'ai encore froid dans le dos en pensant qu'il aurait pu mourir! frissonne la mère des quatre enfants du Rhisnois. Après son accident, les grands spécialistes du centre médical du bivouac ont émis un mauvais diagnostic en ne repérant que deux côtes fêlées et quelques hématomes. Je veux bien croire. Il est revenu avec une tête de boxeur! Souffrant du dos, il a encore passé des tests à l'hôpital de Dakar où les médecins ont confirmé le premier verdict.»

«Au moins, 3 mois au calme»

Les mêmes blouses blanches qui jugèrent stable l'état du malheureux motard espagnol décédé deux jours plus tard dans une clinique de Malaga... Mais souffrant trop du cou à son retour chez lui, Grégoire a consulté vendredi dernier un ostéopathe. «Lorsqu'il l'a croqué, mon mari a hurlé de douleur. Sans le savoir, ce monsieur aurait pu le tuer ou le mettre dans une chaise roulante pour le reste de sa vie! poursuit l'épouse de l'ex-champion de Belgique des rallyes. Ne sachant plus dormir tant il avait mal, dans l'impossibilité de bouger le bras gauche, il est parti refaire des radios dimanche à l'hôpital où les médecins ont directement décelé une double fracture des cervicales. Surtout la cinquième, celle qui commande les fonctions cardiaques et pulmonaires. C'est fou, au moindre faux mouvement, il aurait pu y passer. Les médecins m'ont expliqué que c'est ce qui a tué Fabrizio Meoni. Le malheureux motard italien aurait fait un arrêt cardiaque suite à la fracture de la cinquième vertèbre cervicale. Je ne comprends pas qu'ils soient passés à côté en Afrique.»

Heureusement, ce lundi, la famille et les proches des de Mevius étaient rassurés. «J'ai vu Grégoire avant son transfert en salle de réveil. Il était à moitié endormi et ne se réveillera complètement que ce mardi matin, mais j'ai vu un médecin qui m'a dit que la pose d'une plaque pour réparer et consolider ses vertèbres s'était bien passée. Ouf! Maintenant, il va devoir rester au moins trois mois au calme. Avec la minerve qu'on aurait dû lui mettre de suite.»

Blême et extrêmement choqué au moment d'apprendre qu'il était passé par le petit chas de l'aiguille, Grégoire de Mevius ne devrait plus jouer avec son bonheur. Et même si sa femme ne voulait pas se prononcer à sa place, il serait logique qu'à 42 ans notre compatriote préfère mettre prudemment un terme à sa belle carrière. «J'ai mis deux ans à redormir normalement et quatre ans à ne plus souffrir du tout! confiait, hier, Thierry Boutsen, blessé aux lombaires lors des 24H du Mans 1999. Les vertèbres mettent très longtemps à se reconstruire. Et en cas de nouveau choc, ce pourrait être très dangereux. Personnellement, j'ai décidé de ne plus prendre aucun risque.»

© Les Sports 2005