ENVOYÉ SPÉCIAL À GÖTEBORG

Les clameurs accompagnant chaque saut du Suédois Stefan Holm s'étaient à peine estompées que les huit finalistes du 100 m féminin se présentèrent sur le stade. A leur tête, Kim Gevaert, comme si notre compatriote voulait déjà en imposer à ses adversaires. Mais Kim n'en avait pas besoin tant elle avait dominé les séries, mardi, et les demi-finales, en début de soirée. Présentée comme la grandissime favorite, la Louvaniste devait, néanmoins, parachever son oeuvre. Ce qu'elle a réussi au-dessus de toute espérance. Dès le départ, Kim prit l'ascendant, survolant cette finale de bout en bout.

Loin de l'archétype des sprinteuses baraquées, Gevaert s'est imposée grâce à sa technique de course. Une technique qu'elle a façonnée patiemment avec son coach à qui elle a inévitablement pensé. «Je sais ce que ce genre de journée représente pour lui! enchaîne-t-elle. Le stress qu'elle engendre. Ce titre, Rudi (Diels), aussi, le voulait plus que tout. Je suis heureuse pour lui, mais aussi pour mes parents qui sont ici. C'est un sentiment extraordinaire.»

Ce mercredi, Kim Gevaert est donc entrée dans l'histoire de l'athlétisme belge, devenant, 35 ans après Karel Lismont, la première championne d'Europe. Elle est, du reste, la seule représentante féminine belge au palmarès des Championnats d'Europe où, depuis quatre ans, elle comptait déjà deux médailles d'argent, sur 100 et 200 m. Le 200, justement, dont les séries ont lieu, ce jeudi, et où elle se présentera encore comme la favorite... Un statut que l'intéressée assume pleinement et que les observateurs lui attribuent sans discussion. On rêve!

© La Libre Belgique 2006