L'entraîneur du relais ne voyait pas ce que ses hommes auraient plus faire de plus lors de cette finale.

Jacques Borlée, après une course pareille, on imagine qu'il n'est pas possible d'entretenir des regrets.

"Non, il n'y aucun regret à avoir, mais bien entendu on a un sentiment mitigé. Les garçons ont fait une course exceptionnelle. Arriver aussi près du podium... il faut se rendre compte que c'est difficile. On écrase le record de Belgique, il y avait une porte d'entrée possible vers le podium mais on n'a pas réussi à monter dessus finalement. Il faut l'accepter, les autres étaient plus forts, il n'y a pas d'excuse à avoir. Les Bahamas et la Jamaïque, qui ont un réservoir incroyable, ont changé un de leurs relayeurs et ils étaient encore un cran au-dessus par rapport à vendredi. Mais honnêtement, je ne sais pas ce qu'on aurait plus faire de plus. Je suis fier de mes quatre gars!"

Où ont-ils laissé échapper ces 3 centièmes qui les séparent de la troisième place ?

"Ecoutez, tous les quatre ont été fantastiques. On peut toujours dire : il faut démarrer plus vite, il faut passer mieux, etc. Mais non, je crois qu'on était vraiment au maximum de nos possibilités au cours de cette finale."

Vous ont-ils surpris ?

"Non, je pensais qu'on allait faire ce chrono de 2:58.5. Il fallait sorti le grand jeu et ils ont su le faire au bon moment. C'est vraiment un sentiment particulier parce qu'on revient de loin : Kevin a couru ici en individuel pour préparer le relais, Jo a fait un 200m dans le même but, on savait bien qu'on allait être critiqué, mais malgré tout, ils l'ont fait et sont tout proches du podium. Ça va être dur à encaisser, il va falloir réagir par rapport à ça mais ce sont de grands champions, ils l'ont encore montré aujourd'hui, et on y arrivera. Par ailleurs, il y a des jeunes dans cette équipe et c'est avec eux qu'on va continuer à travailler. Ce projet 4x400m est quand même exceptionnel. Je peux vous dire que beaucoup de pays envient la Belgique."

Ce n'était donc pas la dernière course de Kevin et Jonathan ?

"Non, on a décidé qu'on allait au moins jusqu'à Tokyo."