© belga

Omnisports

"Je n'oublierai jamais Athènes"

belga

Publié le - Mis à jour le

La nuit a été courte pour Justine Henin-Hardenne qui est rentrée dimanche matin en Belgique. La championne olympique et numéro 1 mondiale a attérri à l'aéroport de Bruxelles-National vers 09h40 où une voiture l'attendait sur le tarmac à la sortie de l'avion en provenance d'Athènes. Une centaine de supporters étaient venus attendre la Namuroise. Ceux qui ont patienté environ une heure, ont pu, brièvement, apercevoir leur idole venue les saluer, médaille d'or au cou.

Justine Henin-Hardenne fera également une courte apparition en Belgique après sa finale remportée samedi soir face à Amélie Mauresmo (6-3, 6-3) offrant à la Belgique sa 36e médaille d'or olympique. Henin-Hardenne s'envolera en effet dès lundi matin à destination de la Floride où elle se préparera quelques jours à Saddelbrook avant de prendre la direction de New York où elle défendra son titre à l'US Open et sa place de numéro 1 mondiale.

Sa victoire olympique, outre la prime de 50.000 euros promise par le Comité olympique et interfédéral belge à tout médaillé d'or, lui a rapporté les fameux points WTA. Au classement mondial, lundi, Henin-Hardenne comptera 459 unités d'avance sur Amélie Mauresmo.

Victorieuse de Roland Garros, de l'Open d'Australie, et de l'US Open, la Belge s'attaquera dès le 30 août à la conquête d'un quatrième titre en Grand Chelem. Pour y conserver sa première place mondiale, Henin-Hardenne devra aussi faire bien mieux que Amélie Mauresmo, numéro 2 mondiale. Au moment d'entamer l'US Open, la finaliste olympique, quarts de finaliste du tournoi américain l'an dernier, aura en effet 397 points d'avance sur Henin-Hardenne, ne perdant en effet que 218 points contre 1074 points pour la championne olympique.


Huit ans après le nageur Frederik Deburghgraeve (100 m brasse) et la judoka Ulla Werbrouck (-70 kg), Justine Henin-Hardenne a décroché, samedi soir à Athènes, une médaille d'or olympique pour la Belgique. La 36e de l'histoire des Jeux modernes.

A 22 ans, la joueuse de Wépion décroche là son quatrième grand titre de gloire après ses trois succès en Grand Chelem (Roland-Garros et US Open 2003, Australian Open 2004) et au vu du tennis exceptionnel qu'elle a offert, la récolte ne devrait pas s'arrêter de si tôt.

C'est en demi-finale que la joueuse belge a connu ses plus grandes difficultés. Alors qu'elle menait un set à rien et 4-2, elle semblait tomber subitement en panne face à la Russe Anastasia Myskina, 3e mondiale, qui relevait son niveau et décrochait la seconde manche avat de filer à 5-1 avec service à suivre dans la belle.

Extraordinairement forte au niveau mental. Sachant comment profiter du moindre doute qui s'insinue dans l'esprit de l'adversaire, Justine Henin-Hardenne se relevait, revenait à égalité avant de s'imposer 8-6. Au lendemain de ce combat de 2 heures et 44 minutes, la finale du tournoi olympique fut bien moins disputée. La Française Amélie Mauresmo jouait à son niveau de numéro 2 mondiale, mais ne pouvait rien face à la puissance, le précision et la maîtrise de son adversaire.

Jamais menacée sur son service particulièrement perforant, la numéro un mondiale mettait en permanence la pression sur Mauresmo qui se retrouvait bloquée en fond de terrain, parfois repoussée très loin de sa ligne de fond de court. Au final, un double 6-3 sanctionne une partie qui aura duré 1 heure et 18 minutes. Quatre ans après Sydney et le bronze décroché dans le double dames par Els Callens et Dominique Van Roost, le tennis a offert, sous les yeux de Jacques Rogge, le président du Comité International Olympique revenu pour le second soir, une seconde médaille au sport belge, cette fois dans le plus beau des métaux, que Justine Henin-Hardenne est la seconde femme à rapporter en Belgique.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous