C'est donc ce week-end que le championnat de division 1 reprend ses droits. Sans Charleroi, bye, qui inaugurera son Spiroudôme lundi soir contre les Français de Pau-Orthez. A Vilvorde, où se rend Mons, Jean-Marc Jaumin finalisera son retour en Belgique. L'événement vaut la peine d'être signalé. En trois années passées à l'étranger depuis qu'il a quitté Ostende, le meneur de jeu bruxellois a acquis une énorme expérience. Il s'est aussi fait un nom de Malaga à Gran Canaria, en passant par Patras et le Real Madrid. Mais surtout, il a profité de deux finales de Coupe Korac disputées avec le cercle andalou pour inscrire son nom au palmarès de l'épreuve. Il reste, à ce jour, l'unique joueur - on ne parle, donc, pas d'Ann Wauters, championne d'Europe au printemps dernier avec Valenciennes - à avoir accroché une coupe européenne à son tableau de chasse.

Prêt à montrer l'exemple

De retour en Belgique, il n'a plus la même image. A 32 ans, il fait partie de ces fortes personnalités que l'on écoute. De ces joueurs que l'on aspire à imiter.

`Je sais que le regard des autres n'est plus le même qu'avant. On ne me perçoit plus comme le vilain petit canard du groupe.´

Sous les ordres de Bozidar Maljkovic, son prestigieux mentor à Malaga, le surdoué a appris à se faire violence. Et à contenir un caractère bouillant qui lui a valu quelques déboires dans le passé. `Il s'agit d'un vrai porte-drapeau. Le basket belge a besoin de joueurs comme lui´, explique Giovanni Bozzi, qui le coachera désormais en équipe nationale. `Les jeunes peuvent s'y identifier.´

Jaumin en a pleinement conscience. `Je sais que je dois montrer l'exemple. Parce que - et c'est logique - j'ai plus de responsabilités qu'auparavant.´

Ces responsabilités, Jimmy devra, donc, les assumer dès ce soir à Vilvorde. Où l'on ne veut pas s'arrêter à sa carte de visite. `On sait qui est Jaumin. C'est pourquoi on ne se focalise pas sur lui´, affirme Philippe Hoornaert, le coach des promus.Une chose est sûre: en gagnant une coupe d'Europe, Jean-Marc Jaumin a réussi son pari. S'il ne peut se targuer d'avoir eu la longévité de Struelens en Espagne, il y a aussi acquis des lettres de noblesse. `C'est là tout le danger´, avertit Bozzi. `Que de tels joueurs se reposent sur leur réputation ou leur palmarès pour tomber dans la facilité. Mais sincèrement, je suis presque certain qu'il ne tombera pas dans ce panneau.´

`J'ai appris à me taire´

Pour preuve, le Bruxellois avoue redouter le déplacement dans la banlieue bruxelloise.

`Même s'il n'y aura pas neuf mille spectateurs comme à Malaga, cela va être chaud à Vilvorde. A nous de gérer cela en toute sérénité. Avec Maljkovic, la moindre rouspétance et tu voles sur le banc. Alors, j'ai appris à me taire.´

Oui, le Jaumin nouveau est arrivé. Et c'est tout le basket belge qui devrait en profiter!

© Les Sports 2002