Joachim Gérard, 2e joueur du monde, est parvenu à prendre la mesure du Japonais Shingo Kunieda, 9e au classement mondial publié lundi, après 12 défaites en 14 confrontations. Le joueur brabançon wallon l'a fait au bon moment, en quarts de finale du tournoi paralympique de tennis en chaise roulante des jeux de Rio mardi. Cette victoire sur un double 6-3 face au champion olympique en titre et ancien numéro 1 mondial le propulse en demi-finales avec de beaux espoirs de médaille.

"Je suis très content", a lâché Joachim Gérard qui ne cachait pas sa joie. "J'ai essayé de tout donner du premier au dernier point. Si je suis si critique envers mon niveau de jeu, c'est parce que je suis quelqu'un de perfectionniste. Et si je veux aller chercher une première médaille, je dois bien jouer. Et si je veux la plus belle, la médaille d'or, je dois être meilleur que tout le monde ici. Kunieda a toujours été trop difficile à battre, il joue avec beaucoup de confiance. Il s'était blessé cette année et a du être opéré (en avril, ndlr). Il n'a pas encore retrouvé son meilleur niveau, et je savais aujourd'hui qu'il ne serait sans doute pas au mieux. Ce n'était pas la finale avant la lettre, car il y avait encore 5 ou 6 autres joueurs qui pouvaient aller chercher une médaille. Maintenant, je dois me concentrer sur mon prochain match."

Son prochain match sera une demi-finale contre le jeune Britannique de 18 ans, 12e mondial, Alfie Hewett contre qui le Brabançon Wallon, 27 ans, a déjà gagné 6 fois en autant de confrontations. "Il est jeune. L'avantage pour moi est qu'il manque d'expérience dans les grands tournois. Mais c'est un très bon joueur qui ne possède que peu de points faibles. Il n'est certainement pas à prendre à la légère".