Etude réalisée par le Bureau Deloitte et Touche à l'appui, le ministre-Président flamand Bart Somers et son ministre des Sports Marino Keulen ont affirmé mardi à Bruxelles que des jeux olympiques organisés par la Flandre en 2016 sont bel et bien possibles. Le gouvernement flamand se dit toutefois ouvert et espère pouvoir développer ce projet en compagnie du gouvernement fédéral et des autorités «du sud du pays».

Principale conclusion de l'étude: l'organisation de ces jeux est chose possible pour la Flandre, à condition que les pouvoirs publics y consacrent 800 millions d'euros. «Lorsqu'on compare une telle somme, étalée sur dix ans, avec les retombées ne fût-ce qu'en matière d'emploi, on comprend qu'il s'agit d'une occasion à ne pas manquer», a commenté M. Somers.

L'effort à faire par le gouvernement fédéral est minimal et les jeux sont financièrement réalisables avec 4,1 milliards répartis sur 12 ans et une participation du privé. Ainsi, les auteurs de l'étude évaluent à 35000 le nombre d'emplois (provisoires) à créer et à 11200 équivalents temps plein annuels. En résumé, ces jeux nécessiteraient un budget global de 4,1 milliards et généreraient pour le pays un surcoût de 2,7 milliards d'euros. Mais comme ils rapporteraient 1,8 milliard environ, le manque à gagner financier ne serait que d'1,8 milliard.

Un financement fédéral?

L'étude pose toutefois certaines conditions pour que ce scénario puisse être respecté: il faudra utiliser un maximum d'infrastructures existantes (halls de foire, stades et installations sportives, d'hébergement ou d'accueil existantes, etc.) et trouver une implantation optimale de toutes les installations, afin de maximaliser les effets macro-économiques. Et les auteurs d'insister sur la facilité d'accès par les transports en commun et l'existence d'une capacité d'hébergement suffisante.

Quant à un éventuel financement fédéral, il ne semble guère possible actuellement, le sport étant une compétence communautaire. Et devrait-on construite un nouveau stade olympique à la place du stade Roi Baudouin? Les auteurs de l'étude ne l'excluent pas mais soulignent que dans ce cas, les jeux coûteront 250 millions de plus.

Dernier noeud qu'il faudra dénouer avant que la candidature devienne réalité: le choix de la ville qui accueillera officiellement les jeux. Le Comité international olympique n'admet en effet que des dossiers introduits par des villes et non des pays ou des Régions. Et l'on sait déjà que le président du CIO, le Gantois Jacques Rogge considère que si ce n'est pas Bruxelles, la candidature n'a aucune chance. C'est au prochain gouvernement flamand qu'il reviendra de donner les réponses à ces questions.

© Les Sports 2004